Charline Vanhoenacker : "Vous les Français, vous avez été plus rapides que les Belges pour abolir la peine de mort, mais vous tardez à abolir la peine de vie !"

Le témoignage d’Anne Berte relance le débat sur l’euthanasie. Léa, vous la receviez la semaine dernière.

Anne Berte a fait le choix de l’euthanasie en Belgique…

Ah, vous voyez que les Français ne viennent pas en Belgique QUE pour l’exil fiscal !... Oh vous savez, moi si j’ai une bonne blague sur l’euthanasie, je n’hésite pas. C’est légal chez nous depuis quinze ans, donc on est plus détendus là dessus… Moi je dis toujours : « Partir, c’est mourir un peu. Partir en Belgique, c’est mourir beaucoup. » Vous allez me dire : « Peut-on rire de la fin de vie ? » Ben j’espère bien qu’on peut !

Car que nous apprend le témoignage d’Anne Bert ? Que c’est osant en parler naturellement, que l’idée fera son chemin dans les esprits… Vous avez été plus rapides que les Belges pour abolir la peine de mort, mais vous tardez à abolir la peine de vie ! Pourtant, déjà Socrate avait bu la cigüe, quand il l’a décidé et devant ses fidèles ! Il était le père des libres penseurs, il est mort pour ça, Platon a raconté la fin minute par minute… Platon c’était l’ancêtre de BFMtv !

Et aujourd’hui, en France, vous faites la guerre à l'assistanat et lorsque des gens préfèrent mourir plutôt que de finir assistés, vous les en empêchez. J’entends d’ici les intégristes… « Et quoi ? Bientôt l’euthanasie de confort ? » Attention. Vouloir échapper à la sortie du dernier disque de Calogero n’est pas une raison suffisante pour vouloir en finir. L'euthanasie ne peut être autorisée que dans les cas extrêmes, comme en cas de maladie incurable ou… si on a voté Fillon à la présidentielle. De toute façon, que vous soyez pour ou contre, on sera peut-être bientôt tous euthanasiés par l'index de Kim Jong Un, et ce sera réglé. C’est justement parce qu’on aime la vie qu’on ne veut pas en gâcher la fin. Alors, puisque le Styx passe par Quiévrain, autant le franchir en douceur…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.