Une maison de vente allemande a mis aux enchères, samedi, cinq tableaux peints par Hitler…

Une initiative qui permet de reposer cette question : « Faut-il séparer l’œuvre de l’artiste ? » Et si oui, peut-on exposer la collection de poteries de Staline ? Il paraît que Michel Fourniret fabrique de très jolis cendriers en rotin. Tandis que Pol-Pot cuisinait fort bien les nouilles.

Ça fait des mois voire des années qu’en France, on se demande s’il est bien raisonnable de relire Céline et on s’offusque de la réédition de « Mein Kempf ». Mais pendant ce temps, y’a des Allemands qui essayent de refourguer des aquarelles de Hitler, des croûtes que même Claude Guéant n’arriverait pas à écouler.

Samedi, des toiles étaient estimées jusqu’à 45 000 euros. Et débourser une telle somme pour les tableaux d'un type qui a été recalé deux fois aux Beaux arts, c'est un peu surcoté ! Il ne faut pas être très passionné par l'art pour s’y intéresser, en revanche, il faut être très passionné par le nazisme.

C'est d’ailleurs une très belle occasion de se moquer des nazis. Puisque d'une part, on se rend compte que leur idole était une brèle en peinture, et d’autre part on constate que ces gens sont prêts à payer des sommes astronomiques pour des pâtés d’aquarelle. Car on en a désormais la certitude : Hitler était meilleur dictateur que peintre.

Les tableaux n’ont pas trouvé acquéreur, non pas en raison de la piètre qualité de l’œuvre. Non. Ce qui a plombé la vente, c’est qu’un commerce de faux a été démantelé la veille. Et les analyses graphologiques ne permettent pas toujours de savoir si les tableaux ont bien été signés de la main d’Hitler. Et c'est vrai que ce serait dommage de se retrouver avec à la place, une toile d'Himmler parce qu'on se serait planté en déchiffrant la signature. Oui, je vous avais prévenu, que cette vente aux enchères nous rappelle les heures les plus sombres de l’Histoire… de l’Art.

Donc, oui, il y a des doutes sur l'authenticité des œuvres. En effet, ces paysages bucoliques dans des tons pastels ça n’évoque pas immédiatement ce qu’on connaît de l’homme... Hitler n’était pas le genre à utiliser un nuancier. Et de toute façon, le nazisme et l'art, généralement, ça fait deux. Y'a qu'à voir la piètre qualité des tags antisémites qu'on a encore retrouvé ce week-end sur les façades parisiennes...

Si aucun tableau n’a été vendu pour l’instant, en revanche une nappe a trouvé acquéreur, pour 600 euros… Un échec cuisant pour un peintre. Heureusement qu'il est mort, sinon il nous aurait encore piqué une de ces colères pas possible. On sait à quel point il pouvait être susceptible. Et lors d’une vente précédente, un téléphone d’Hitler a été vendu. Il y a des gens qui paient plus de 200.000 euros pour utiliser le téléphone d’Hitler quand d'autres, aux Etats-Unis ou au Brésil, utilisent ses idées gratuitement.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.