Bonnets rouges
Bonnets rouges © Maxppp

C’est confirmé depuis hier : mettre un bonnet rouge, ça rend con. Toutefois, hier, sur les Champs-Elysées, l’Arc de Triomphe n’a pas été démonté, et aucun parcmètre n’a été brûlé. Preuve qu’il s’agissait sans doute de faux bonnets rouges, des faux Bretons. Enfin, donc, ce que vous appelez des Normands.

Je vais me faire démonter comme un portique écotaxe par les Normands, mais je suis sûre que cette vanne fait plaisir aux Bretons…

Hier, je me suis déconnectée de l’actualité à peine trois heures, et quand je suis revenue, François Hollande s’était fait conspuer en pleine commémoration de l’armistice, sur les Champs… Tandis qu’à La Bastille, les parents des gosses qui font du poney manifestaient contre le relèvement de la TVA sur les centres équestres.

Donc, je vous laisse à peine trois petites heures, et quand je reviens, je retrouve une sorte de macramé d’actualité, entre écotaxe et équitaxe. Bref, Hollande, t’es foutu, « Les poneys rouges » sont dans la rue…

Je savais que François Hollande avait promis un « Grand soir de la fiscalité pour plus d’équité », mais de là à taxer les équidés…

Et comment voulez-vous que le Président s’en sorte si en plus, il doit redresser la courbe de la connerie avant la fin de l’année ?

Hier était un jour de souvenir et d’unité nationale, mais c’était aussi une journée d’automne, et donc il y a avait des glands pour manifester leur opposition à François Hollande… Jusqu’à ce qu’un nouveau héros se révèle à la nation, une sorte de soldat inconnu médiatique… Musique !

Je commémorais sur l'avenue

Le micro ouvert à l'inconnu

J'avais envie de dire «Vous n’êtes pas Républicains, c’est une honte !»

À n'importe qui…

N'importe qui et ce fut toi, Thibaut Poirot

Eux ils t’ont répondu n'importe quoi

Il suffisait de te parler

Pour passer sur i Télé…

Dans 100 ans, si la France organise une grande récolte d’archives sur l’année 2013, on numérisera pour la postérité un bonnet rouge Armor Lux et une photo de Serge le Lama dans un tram.

Avec toutes ces conneries et les 70 interpellations un jour du souvenir, la grosse Bertha au fond du couloir à l’extrême droite a encore eu droit au crachoir. Elle a tellement chopé le melon, celle-là, que c’est pas un bonnet rouge qu’il lui faudrait, mais une tente Quechua…

Mais oui, reparlons-en des bonnets, ce symbole plus étymologique qu’historique, puisqu’en matière de contestation de l’autorité, ils utilisent un couvre-chef. Quoique, pour ceux qui sont vraiment bas du plafond, appelons-le un cache-sexe.

Donc ces bonnets font florès : le vert pour les usagers des transports en commun, le jaune pour la réforme de la sécu, l’orange pour pratiquer le poney duty free, et j’en passe. Ca laisse peu de choix de couleur pour les combats à venir… Le bonnet D pour le retour de Samantha Fox, ou le bonnet M pour le retour du disco. Ou alors, je vous conseille la chapka, mais en fourrure synthétique, mais faudrait pas qu’en plus Bardot nous ramène sa choucroute.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.