On entame une semaine à -20%, -30% et jusqu’à -40%...

Ouais mais là on parle des soldes ou des retraites ? Aujourd'hui il y a des réductions sur tout : sur les pulls, les lits dans les hôpitaux, sur les vestes en velours, la liberté de manifester. D’ailleurs quand on se balade dans les rues commerçantes et qu'on voit écrit en grand sur un fond fluo « TOUT DOIT DISPARAÎTRE » on ne sait pas si pour les stocks de fringues ou pour nos acquis sociaux.

La période des soldes s’est ouverte en plein mouvement social, c'est l'occasion d'acheter tout ce dont on aura besoin lorsqu'on sera à la retraite et qu'on aura plus les moyens de se payer. Vous qui nous écoutez et qui avez moins de 30 ans, n'hésitez pas, déjà, à acheter le déambulateur de vos rêves, profitez dès maintenant des rabais sur les bouillottes, les dentiers, les couches confiances, bref tout ce qui pourrait vous être utile dans 50 ans.

Les commerçants ont quatre semaines pour rattraper le manque à gagner ! Jeudi dernier on a vu Bruno Lemaire couper le ruban aux Galeries Lafayette pour lancer la période des soldes ! C’est là que j’ai commencé à ne plus rien comprendre… avec les gilets jaunes et les grèves, ça fait plus d’un an que les Français descendent dans la rue pour dire qu'il n'arrivent pas à boucler leur fin de mois. Et aujourd’hui la réponse du Ministre de l'Economie c'est : « Hey les amis, venez consommer ! Ils font moins 40% chez Dior. Vous attendez quoi ? Alleeeeez les cheminots, les sous des caisses de grève, là, faut les injecter dans les soldes ! »

Alors devant les grands magasins, il n’y a plus que les touristes asiatiques pour relancer la croissance. C’est pour ça que Bruno Le Maire est au chevet des Galeries Lafayette. Avec un chiffre d’affaires annuel de 4 milliards et demi d’euros, c’est pas avec le maigre CICE qu’elles vont pouvoir s’en sortir…

Faire grève ou faire les soldes ? Si on m’avait demandé, moi j’ai un slogan pour concilier les deux, à l’attention de tous les manifestants : « Ne cassez pas les vitrines, léchez-les ! »

Dans le fond, un lieu symbolise tout ça : nos grandes gares, transformées en centres commerciaux pour profiter de la manne des voyageurs. (J’ai dit la « manne », pas la malle, Léa, calmez-vous). Les galeries commerciales dans les gares, elles sont là pour assouvir ce besoin qu'on a tous de s'acheter un peignoir de bain H&M avant de faire un trajet Bordeaux / Strasbourg. Là c’est le retour de bâton : aujourd’hui à Saint-Lazare il est plus facile de trouver un presse-agrume qu'un train. Non, aujourd'hui si on veut vraiment être bien placé, il faut installer sa boutique sur un rond-point.

En conclusion, il y a bien un point commun entre les soldes et la réforme des retraites, c’est qu’on essaie de nous fourguer un truc dont on n’a pas besoin, en nous faisant croire qu’on va y gagner.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.