Ce matin, je veux rendre hommage aux efforts de pédagogie à la télévision. J’en suis d’autant plus admirative qu’en Belgique, on s’inspire beaucoup de vos techniques, on les applique, donc je guette les nouvelles tendances.

François Lenglet
François Lenglet © CC BY-ND 2.0 / Sophie Le Roux (sophiejazz2009)

Par exemple, quand un sujet semble compliqué, le journal télévisé a recours au Power point, le diaporama avec un journaliste debout devant, qui lit les phrases qui apparaissent à l’écran. Au départ, j’ai mal réagi, je me suis dit : « On nous prend pour des quiches », comme s’il fallait nous faire un dessin.

Et puis je me suis ravisée. En réalité, le Power point, c’est rassurant… Vous savez pourquoi c’est rassurant ? …Parce que ça vous rappelle le bureau. Vous sortez d’une journée de 10 heures dont quatre passées en réunion avec le sous-chef des ventes en ligne. Il vous a exposé le bilan 2013 – perspectives 2014 debout devant un Power point.

Vous rentrez, vous allumez la télé et vous tombez sur le sous-chef du service économie de France 2 qui fait pareil avec les nouvelles taxes à la consommation, dans le même costume avec les mêmes petites lunettes et… le Power point. Parce que ça vous parle le Power point, vous ne comprenez plus que ça, vous avez été formé pour.

Mais parfois, l’enjeu est plus grand, et alors on convoque le directeur des ventes sur le plateau : François Lenglet. Quand il vient livrer son analyse, c’est qu’il y a du lourd. Lui, il n’est pas debout devant un Power point. Il n’a pas besoin de ça, c’est le directeur, il captive l’attention. Mais comme il est tout de même soucieux d’être bien compris, il nous fait un dessin avec ses mots. Et là, ça peut être un problème, parce qu’on s’éloigne assez vite du sujet… Ce fut le cas cette semaine…

Euh, François, tu m’excuseras… Mais je n’ai jamais essayé de pédaler en serrant les freins, je ne vois pas trop l’intérêt, donc j’ai pas bien compris ton explication. En revanche, en ce moment, j’ai des problèmes de tuyauterie et de la flotte partout dans le salon, peut-être que ça pourra me parler…

Ah voilà, là, j’ai compris. Il est fort, ce François Lenglet ! Il peut tout expliquer, et pas que l’économie. S’il expliquait le conflit israélo-palestinien à travers la recette de la blanquette de veau, je suis certaine que tout le monde comprendrait du premier coup. C’est simple, François Lenglet, il est capable de tout faire, même de présenter la météo…

La métaphore au service de l’économie. Oui… Le Français est perdu dans les ténèbres de la macroéconomie, la métaphore vient l’en sortir, c’est le phare dans la nuit et François Lenglet est son gardien. Et ça, ses confrères admiratifs l’ont bien compris. Ils tentent de l’appliquer à leur tour…

Mais c’est Eric Delvaux ! Alors lui aussi a assisté au séminaire de François Lenglet…

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.