Ce matin, Charline revient sur le discours présidentiel d’hier soir…

Oui, et démarrons sur une note positive : j’ai remarqué une chose à 20h02, pour qu’il n’y ai vraiment plus personne dans la rue, il suffit de diffuser une allocution de Macron. C’est hyper efficace. Tout s'est inversé : il y a trois mois, on manifestait pour qu'on ne nous oblige pas à aller travailler jusqu'à 64 ans, et maintenant on est tous derrière nos télés à espérer que le Président nous renvoie au boulot.
Alors courage, dites-vous que le 11 mai, c’est demain. Sauf pour les parents qui gardent deux enfants dans 50 mètres carrés, là, c’est dans 27 jours, 16 heures, 1 minute et 30 secondes. Pensez aussi à ceux qui paniquent : « Mon dieu le 11 mai ! On n’aura jamais le temps de finir la période du Second Empire pour les cours d’histoire de Kevin ! Comment on va faire ? » Tout le monde fait ses petits calculs : certains se demandent s'ils auront assez de PQ pour tenir d'ici là. Et à France Télévisions, on se demande si on aura assez de films de Louis de Funès pour tenir jusque-là.
Encore un mois de confinement… Je préfère vous prévenir, Augustin Trappenard, il va lui manquer des « Lettres d’intérieur ». Y’aura plus assez d’écrivains ni d’acteurs pour dénoncer « la vacuité de l’époque devant un lilas en fleurs sur lequel vient de se poser une abeille ». Ce qui lui pend au nez c’est qu’il va finir avec un courrier de Guillaume Musso, je vous aurais prévenus Nicolas et Léa…
Voyons le bon côté des choses : le 11 mai tombe un lundi. Ca vous fait encore quatre dimanches sans devoir aller déjeuner chez vos beaux parents. Ca laisse aussi aux gens qui se sont mis au jogging un mois pour trouver une excuse pour ne pas être obligés de continuer après le 11 mai. Ensuite, est-ce que ça permet d’organiser le second tour des municipales en juin ? Euh… ben non : puisque le président a dit que les spectacles n’allaient pas reprendre tout de suite. Notez, il a dit que les festivals étaient annulés, mais il a rien dit sur les spectacles de cirque… Bon, on verra. Les universités resteront fermées aussi. En même temps, vu la fréquentation des amphis, à partir du mois de mai, ils allaient pas rouvrir les facs juste pour les profs.
Sinon, c’était un discours sensible. On a même eu l'impression que Macron découvrait les Français. Il a dit : « Franchement vous me surprenez ! Pour des Gaulois réfractaires, vous êtes sacrément volontaires, j'aurais pas cru ça. » Il a dit aussi que le déconfinement se fera par étape : les personnes âgées devront rester confinées plus longtemps. Là, on a senti une petite vengeance sur Gérard Collomb. Macron s’est aussi vanté d'avoir doublé le nombre de lit dans les hôpitaux. C'est ça qui est pratique quand on part de très bas, c'est qu'on arrive assez vite à des résultats.
Voilà, la meilleure nouvelle étant que le 6 juin 44 est avancé au 11 mai cette année ! Je propose donc que l’an prochain le 11 mai soit férié. Ne le dites pas au Medef, parce que cette année le calendrier est bien fait : il y a 11 jours fériés qui tombent à la suite au mois de mai !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.