La justice française ne cesse d’innover. La semaine dernière, elle libérait un meurtrier présumé parce qu’il manquait une cartouche d’encre dans un fax. Cette semaine, c’est réglé, puisqu’une décision fait couler beaucoup d’encre…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.