Le procès de Bernard Tapie dans l’affaire du Crédit Lyonnais s’est ouvert lundi…

Il a été entrepreneur, chanteur, ministre, président de club de foot. Mais à la question sur sa « profession » il a répondu « acteur »… Et à lire les comptes rendus d’audience, en effet, pour Nanard, un tribunal c'est comme une scène de théâtre. D’ailleurs si on le laisse faire, il te met une billetterie à l'entrée de la salle d'audience et il demande au juge de placer les gens.

Pour Bernard Tapie, la barre c’est tellement comme être sur les planches qu'à tout moment il peut s’absenter en décrétant que c'est l'entracte. D’ailleurs, le procès Tapie c'est un mélange entre la comédie de boulevard et la Foire de Paris : c’est un tel bateleur que quand le Procureur fais pas gaffe, le soir, il repart chez lui avec un lot de dix briquets-décapsuleurs… Alors que le procureur ne fume pas et qu’il ne boit jamais de bière.

Bernard Tapie a pris deux avocats, des ténors. Mais c’est juste au cas où il aurait un trou dans le texte. Parce qu’en vrai il n’a besoin de personne pour se défendre : il est tellement à l'aise devant un tribunal que c'est lui qui donne des conseils à ses avocats pour la plaidoirie. Et je suis sûre qu’il leur facture sa prestation.

Je serais tentée de dire aux apprentis comédiens du cours Florent, plutôt que de traîner sur les Grands boulevards, allez voir Bernard au tribunal… Depuis 14 ans, l’affaire du Crédit Lyonnais, c’est un grand spectacle à guichets fermés, qui a qui a quand même coûté la modique somme de 404 millions d’euros au contribuable français. La fameuse « erreur 404 »… C’est dommage que Christine Lagarde ne puisse pas y assister aux représentations, elle qui est retenue au FMI… Pareil pour Stéphane Richard, le patron d’Orange, trop occupé… Lagarde, Richard, je ne vous réexplique pas toute l’affaire : l’arbitrage Tapie - Crédit Lyonnais c’est enregistré au patrimoine national maintenant, Stéphane Bern l’a intégré à son Loto. C’est pour ça qu’au Tribunal Tapie il fait comme chez lui : à l’ouverture du procès c’est tout juste s’il n’est pas venu en pantoufles !

Ce n'est pas la justice qui condamne Tapie, c'est Tapie qui condamne la justice. La fin du procès on la connaît : il va être relaxé, puis il va se poser en victime et il serait même capable d’obtenir des dommages et intérêts. Limite si le tribunal ne va pas lui présenter ses excuses pour le dérangement.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.