C’est terrible ce qui se passe en ce moment. La République est en train de vendre ses bijoux de famille. Non, il n’y a aucun double sens dans cette phrase, sauf si un jour, Amanda Lear prête ses traits à Marianne, bien sûr…

Il n’empêche : la République disperse son patrimoine, elle le ventile. Comme les grands crus de la cave de l’Elysée. La présidence a vendu 10% de cette cave aux enchères, il y a quelques mois, pour un total de 500.000 euros. Heureusement, il paraît que le plus gros acheteur est Français, c’est le patron de la buvette de l’Assemblée.

Une moitié du produit de cette vente aux enchères va financer le coût de l’intendance au palais. L’autre moitié sera reversée au budget de l’Etat. En somme, environ 250.000 euros qui serviront à payer les salaires des ministres et des parlementaires, dont une partie échoue de toute façon dans l’achat de grands crus.

Mais 50.000 euros serviront tout de même à l’acquisition de nouvelles bouteilles. Et là, on tient un scoop ! Hollande achète du vin de garde, à déboucher pas avant sept ans. Vous me suivez ? Si ce n’est pas une déclaration de candidature… C’est forcé : vous avez déjà vu un homme politique soucieux de laisser les choses en ordre pour son successeur ?

Il paraît que quand François Hollande a récupéré la cave de l’Elysée, il a trouvé 18 rayons de bouteilles de Coca-Cola et douze rayons de boîtes à pizza. Ce qui est terrible dans cette histoire, c’est qu’à l’origine, dans ces rayons, il y avait l’un des plus prestigieux grands crus du bordelais. Mais Nicolas Sarkozy n’étant pas très eu faîte du sujet, il a fait liquider ce qu’il croyait être un défaut de fabrication.

Et on apprend dans Le Parisien daté d’hier que dans toute la cave de l’Elysée, on ne trouve que deux bouteilles de vin étranger : celles offertes en cadeau à François Hollande, dont un tokaji de Hongrie. Il y a un mois, on trouvait encore six caisses du très réputé Merlot bulgare. Mais… Manuel Valls a fait reconduire les 36 bouteilles à la frontière. Il aurait même conseillé de les faire servir dans un charter en ajoutant : « Comme ça, ça va les assommer pendant le trajet, et ça ne laissera pas de marques. »

Vous allez me dire : mais qu’est-ce que Manuel Valls trifouillait dans les caves de l’Elysée ? D’après certains témoignages, des employés l’auraient vu enterrer des bouteilles dans les jardins de l’Elysée en perspective de 2017 ou 2022.

En Belgique aussi on a une cave pour les dîners officiels. On fait pareil, le Premier ministre fait mettre des bières spéciales en réserve. Et puisque ça sent le roussi pour les prochaines élections, comme bières de garde, il a choisi de la Gueuze « Mort subite. »

Pour François Hollande, c’est plus compliqué. Il doit respecter la parité entre rouge et blanc, puis entre Bordeaux et Bourgogne. Mais les vins de Loire ou d’Alsace réclament d’injecter une dose de proportionnelle dans le choix des bouteilles. Et je ne vous parle même pas des centristes qui exigent que le rosé soit représenté.

Et parmi le patrimoine de la République qui s’apprête à changer de main, il y a aussi le Fort de Brégançon, qui pourrait passer sous la coupe du Centre des monuments nationaux.

Le fort pourra ainsi être ouvert au public. L’ouverture ne sera programmée que dans le courant de l’année prochaine. Ca demande du travail l’ouverture au public… Il faut tout passer au peigne fin… et notamment vérifier que Jacques Chirac n’a pas laissé traîner un slip de bain en partant.

Affiche François Hollane vin et société
Affiche François Hollane vin et société © radio-france
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.