Aux Etats-Unis, les livraisons express d’Amazon ont déjà provoqué la mort de 10 livreurs. En France la course à la livraison provoque aussi des accidents parfois mortels…

Il y a quelque chose d'étrange dans le fait de commander le dernier best-seller en livraison express, pour le recevoir le jour même… alors qu'il y a de grandes chances pour qu'on le laisse traîner sur une étagère pendant deux semaines avant de l'ouvrir. (Pour ceux qui comptaient l’ouvrir…) La société de consommation, c'était hier ! Aujourd'hui on vit dans la société du caprice : il nous faut tout, tout de suite. Et sans rien faire s'il vous plait... (Non, pas « s'il vous plait », si on paie, c'est pas pour avoir à faire des politesses !) 

On peut tout avoir sans bouger le petit doigt. Juste l’index sur un écran. Et de ce petit coup d’index, on déclenche un monde magique : on peut contribuer au burnout de dizaines de personnes en même temps. En une seconde, on est capables de mettre la pression à des employés enfermés dans des entrepôts, obligés d'uriner dans des bouteilles pour gagner du temps ! On provoque des ulcères aux personnes chargées de gérer l'expédition et en plus on met la vie des coursiers en danger... On dit que le client est roi mais aujourd'hui le client est surtout un dictateur nord-coréen.

Et ceux qui sont capables de camper pendant deux jours devant un Apple store pour la sortie du nouvel Iphone sont les mêmes qui ne supportent pas d'attendre 24h pour recevoir une commande par Internet. C’est comme ça que le mouvement s’accélère : la dernière fois que j'ai commandé des sushis, j’ai vu un morceau de saumon qui bougeait encore. Et si tu commandes chez Deliveroo un burger et que tu précises « saignant », y’a des chances que le coursier arrive dans le même état. D’ailleurs, à chaque fois qu'on commande un article, on devrait aussi commander un kit de premiers soins : pour que le livreur en ait au moins un sur lui. D’ailleurs, un syndicat britannique a cru bon de rappeler à Jeff Bezos que « les employés d’Amazon ne sont pas des robots ». Oui bon Jeff est overbooké, il avait zappé,… ça va ça arrive à tout le monde : c’est humain !

Admettons : si on a oublié de faire un cadeau à son mari pour son anniversaire, ça peut nous sauver ! Bon après c'est le risque que le livreur renverse votre mardi en bas de chez vous en débarquant à 90km/h pour respecter les délais. Ce qui résout votre problème de départ : l’oubli du cadeau.

J’avoue avoir déjà commandé une fois sur Amazon Express… un livre : « L'esclavage pour les Nuls ». Si on cumule les cadences effrénées, le suivi GPS des employés et la suppression des conventions collectives, tout ça pour un salaire de misère : c’est clair, Amazon cherche à relancer la vente des albums de blues… Mais moi à la place ce que je chaterais, c’est : « DEBOUT LES DAMNÉS DE L’UBER ! »

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.