Il y aura donc bien une commission d’enquête sur la fuite des cerveaux. Enfin, l’intitulé exact, c’est « l’exil des forces vives ». Mais… Je suis perplexe : une commission sur la fuite des cerveaux… S’ils ont fui, qui va y réfléchir ? Et bien ceux qui sont à l’origine de cette idée, je vous les cite et vous allez voir que tout s’éclaire : Jean-François Copé, Patrick Balkany, Christian Jacob.

C’est une initiative controversée, proposée par l’UMP. Et donc il aurait sans doute fallu créer une commission d’enquête sur l’intérêt d’une commission d’enquête sur “l'exil des forces vives de France”. D’autant que cela risque de déboucher sur un statut inédit : celui d’exilé en situation irrégulière. Il faudra aussi rebaptiser le Secrétariat d’état aux Français de l’étranger « Secrétariat d’état aux cerveaux qui ont fui ». Dommage que Yamina Benguigui ait été virée, puisqu’elle représentait un cas typique de cerveau qui est resté.

Si vous voulez un autre exemple des cerveaux qui sont restés à l’Institut Pasteur, ils viennent d’égarer 2000 échantillons du virus SRAS. Mais pas de panique… Tout est sous contrôle. Ils sont quelque part en France.

C’est Luc Chatel qui a réclamé l’ouverture du débat sur l’exil des forces vives. Pas étonnant de la part d’un ancien DRH de l’Oréal. Mais Luc, si les Français se barrent à l’étranger, c’est qu’ils le valent bien !

Je vais citer Luc Chatel à ce sujet, vous allez mieux comprendre. (Enfin j’espère que vous allez comprendre, Eric, parce que vous êtes resté en France, donc c’est pas gagné…)

Luc Chatel a déclaré : « Aujourd'hui, il y a de plus en plus de cadres et d'étudiants qui partent à l'étranger, et pas seulement pour enrichir leur curriculum vitae. Ils partent pour chercher un emploi. Pourquoi ? », s’interroge-t-il. Ben… pour chercher un emploi, donc.

- La fouite des cerveaux, vous trouvez ça positif ?

Oh vous me connaissez, j’ai de la fuite dans les idées…

Vous devriez être heureux que les cerveaux français s’exportent si bien. C’est un nouveau vecteur d’influence et de diplomatie ! Vous devriez en être fier. Regardez par exemple tous ces cerveaux français qui partent à l’assaut du monde : ceux qui patent faire le djihad en Syrie, ceux qui ont fait le choix d’une formation continue à l’étranger, auprès d’Al Quaïda.

Vous me direz qu’en Belgique, nous avons aussi beaucoup de jeunes partis en Syrie. Mais nous, on a toujours fait le contraire des Français : vous, vous déplorez la fuite des cerveaux ; nous, on voit partir les cerveaux qui ont une fuite. On a laissé partir Jean-Claude Van Damme, Lio et Johnny Hallyday. Ouh mais dites-moi, pendant que j’y pense… Moi aussi on m’a laissé partir…

Attendez, je vais reformuler de façon plus nuancée. Savez-vous pourquoi la Belgique laisse s’envoler ses cerveaux ? Parce qu’il s’agit de cerveaux lents… (Ca m’est venu en mangeant un Carambar.)

Il faut dire aussi que la France, c’est fini. C’est la misère ici. Même les Roumains se plaignent. Il ne reste plus que la liberté d’entreprendre…un voyage pour se barrer vite fait.

D’ailleurs, Manuel Valls tient là une piste pour se débarrasser des Roms : truquer les tests de QI et en faire des forces vives candidates à l’exil…

Les cerveaux français veulent échapper à la misère. C’est pas comme si la mobilité avait été facilitée par l’Europe et que les déplacements coûtaient moins cher et c’est pas comme si le programme Erasmus encourageait la découverte d’une autre culture.

Vieux tropisme, on pense construire l’Europe en restant en France, comme autrefois on construisait la France depuis Paris.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.