Charline a regardé le président de la République face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin hier soir…

C'est rare de voir autant de tension sur un plateau télé où pourtant il n'y a même pas Christine Angot. Le président a été secoué, la pulpe elle pas restée en bas. Laurent Delahousse à côté, c’est Valérie Damidot, avec ses questions sur le déco !

C’était viril… Voilà ce qui arrive quand on fait le pitre en classe le jeudi avec Pernaut : résultat, trois jours après t’es convoqué chez le proviseur et son adjoint : Bourdin et Plnel… Vous avez vu Léa, c’est ça une interview qui a des couilles ! Et vous, vous avez vu comment il faut faire mon petit Marc ? Vous avez pris des notes ? Léa aussi elle a pris des notes… mais en sténo.

Vous avez qui comme invité à 8h20 ?

Le premier secrétaire du PS, Olivier Faure…

Ah… Olivier Faure… Léa, notez… lui il est plutôt café serré avec deux sucres. Laissez faire Marc, même s’il manque un peu de poil au menton.

Plenel et Bourdin, ils étaient pas là pour beurrer les sandwichs ! On peut dire qu'ils l'ont malmené le Président. Il a fallu retenir Christophe Castaner qui voulait entrer sur le plateau pour leur péter la gueule…

Il y a quand même eu des moments où ils sont tombés d'accords tous les trois. J'ai noté deux moments… quand ils se sont dit bonjour et aussi quand ils se sont dit au revoir. Sinon on a vu pendant deux heures un Président donner des leçons de journalisme à des journalistes et deux journalistes donner des leçons de présidence au Président. On devrait peut-être inverser pour essayer : on mettrait Macron chez Mediapart et prendre Edwy Plenel comme Président. Là le bilan cette soirée, c'est que si la France va mal c'est parce que les conseillers d'orientation ont mal fait leur boulot !

On sentait une tension permanente. Ils n'arrêtaient pas de s'envoyer des petites piques mais on sentait qu'ils y prenaient malgré tout un certain plaisir. En fait c'était soirée sado-maso hier sur BFM. Ambiance parle-moi mal, fouette-moi, vas-y plus fort c'est bon !

Mais pas sûr que ce soit très clair… Dès qu'un des journalistes posait une question, le Président leur répondait qu'ils étaient dans l'erreur, et quand le président donnait sa réponse c'était les journalistes qui mettaient en doute ses propos. Désormais on le saura, quand on mélange Bourdin et Plenel ça fait du Bourdel.

Conclusion. Ce nouveau spectacle au Théâtre de Chaillot a tellement bien marché que Macron, Bourdin et Plenel sont mûrs pour une tournée dans toute la France. L’Elysée planche déjà sur de nouveaux formats d’interview, avec notamment Christophe Barbier et BHL dans une montgolfière.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.