Après l’Afrique du sud, la Centrafrique, le Brésil et la Guyane, François Hollande vient d’achever sa tournée mondiale et il est de retour en France depuis hier.

lancement réussi pour la nouvelle fusée japonaise epsilon au japon
lancement réussi pour la nouvelle fusée japonaise epsilon au japon © reuters

Alors, premier constat, il a retrouvé son avion . On s’est rendu compte fin de la semaine dernière que quand on est Président de la République, on perd son Falcon comme on perd ses clés de bagnole. Deuxième constat, François Hollande est meilleur à l’extérieur qu’à l’intérieur. Dans le fond, le président, c’est exactement le contraire d’un Kinder : c’est comme si on l’achetait pour le chocolat et qu’on jetait la surprise ! C’est dire si c’est troublant.

Quand il est en France, le chef de l’Etat est attaqué de toutes parts, mais quand il est à l’étranger, il est respecté. Il a une sorte de double identité médiatique, ce serait une sorte de… Maurice Chevalier et Laspalès. C’est le type capable de mettre de l’ordre en Afrique, mais pas en Bretagne.

Ce week-end, Le Président de la République a pris des airs d’aventurier. Après l’épisode « Panique à Bangui », où des rebelles de la Séléka ont fait irruption devant l’avion, François Hollande est allé s’aventurer dans ce morceau de jungle française : la Guyane.

Alors ne nous y trompons pas, il s’est rendu en Guyane à la faveur d’un voyage au Brésil, où il a tenté de vendre des Rafales à la Dilma Rousseff… Mais elle n’est pas née de la dernière pluie. « Vendre un Rafale », c’est comme ça qu’on apprend ce que c’est qu’un oxymore aux élèves de CM2. Ou alors on dit aussi : « Offrir un sèche-cheveux à François Lenglet. »

Hollande est allé en Guyane, parce qu’il s’est rendu au Brésil. C’est exactement comme quand vous partez en Thalasso à Quiberon, vous vous sentez obligé d’aller rendre visite à Tata Jacqueline qui habite Plouharnel, c’est sur le chemin.

Voilà, pour la France, la Guyane, c’est tata Jacqueline. D’ailleurs elle dit toujours : « Si une visite ne vous fait pas plaisir en arrivant, elle vous fera toujours plaisir en partant. »

Je dois vous dire qu’on a failli perdre François Hollande en Guyane aussi, parce que la droite populaire avait activé ses contacts au Texas, et je vous laisse découvrir ce message :

« Allô Kourou ? Allô Kourou ? Ici Houston. Si vous pouviez en profiter pour envoyer François Hollande sur orbite, on irait le récupérer en 2017. Merci. »

Ils sont un peu durs à la Droite populaire, mais ils ont un cœur. Alors, ils avaient prévu que le président soit bien traité : on l’aurait lancé sur orbite avec des boîtes de pâté Hénaff. Vous savez que l’entreprise bretonne a remporté le marché pour envoyer des conserves dans l’espace avec la Nasa. Depuis, le prix de la terrine de campagne s’est envolé. En Belgique on me demande d’en ramener pour Noël…

Bref. Hollande satellisé, ça a échoué, il paraît qu’il a demandé : « Elle est où la fusée ? » et ça l’a sauvé.

Mais si François Hollande parvient à diriger la France comme il dirige les opérations extérieures, il n’y a aucune raison de l’envoyer en orbite. Moi j’y verrais plutôt une solution contre l’extrême-droite. On emmènerait Marine Le Pen à Kourou, on lui ferait visiter une fusée…et hop, on l’envoie sur Mars. (Non, si c’était sur Vénus, ça se saurait…) Ce qui est pratique en Guyane, c’est que si elle se méfie, on pourra toujours la perdre dans la mangrove. Ce ne sera pas un cadeau pour les crocodiles. Parce qu’après s’être cassé une dent, ils risquent de mourir empoisonnés. Mais enfin que voulez-vous, on ne va tout de même pas rouvrir Cayenne.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.