Charline aussi a regardé l’entretien du président à la télé par trois journalistes : deux de TF1 (Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau) et un de LCI (David Pujadas)

Trois journalistes du privé.

Ca manquait d’une journaliste du service public, pendant que Macron parlait tout seul. Ben… à quatre, ils auraient pu faire une belote ! Première intervention télé du président et aucun représentant du service public. Il ne voulait pas d’un fonctionnaire à l’Elysée ou quoi ? Hein Léa… Feignasse, va ! Vous êtes tellement assistée que vous auriez été fichue de poser une question !

Et juste après, sur LCI, qui est le premier à avoir eu la parole pour analyser l’entretien ? Christophe Castaner ! Ca a bien été le seul qui a trouvé l’interview de Macron formidable… Après cinq mois, Castaner a enfin eu droit à 60 minutes de RTT… et il les a passées à quoi ? A regarder son idole ! Quel pied !

Parlons de la réalisation de l’entretien

J’ai lu dans le « JDD » que le réalisateur, c’est le même qui met en scène « The Voice » et « Danse avec les stars » (Celui de « Secret Story » n’était pas libre)… Moi j’ai bien reconnu la réalisation façon « The Voice », d’ailleurs, je me suis dit, tant qu’à faire, TF1 aurait mieux fait de prendre Mika, Jennifer et Florent Pagny pour interroger le président… Les trois autres, là, ils ont tellement bien vendu Macron qu’on avait l’impression de regarder le télé-achat. Anne-Claire Coudray c'était Marie-Ange Nardi ! Sinon, j’ai lu beaucoup d’explications sur les jeux d’influence qui ont poussé aux choix de David Pujadas… Le pauvre ! S’il savait qu’ils l’ont pris parce que Jeremstar n’était disponible !

Il y avait donc trois journalistes et huit caméras !

HUIT ! Pour un mec qui parle tout seul ! Et un drone ! (Enfin, un drone ça coûte moins cher que le maquillage du Président)… Y’avait du matos pour filmer la suite de « Matrix », tout ça pour se retrouver dans le bureau où Giscard présentait ses vœux en 75…

Bon sang doc ! J’suis même pas né !

Heureusement la déco était moderne. C’était tellement passionnant qu’on est tous restés bloqués sur la déco… Tous ces plans sur la peinture d’Alechinsky… TF1 n’avait plus proposé autant de culture depuis 20 ans… Heureusement qu’ils ont passé 10 minutes à expliquer le mot bordel… alors qu’entre nous, « bordel », c’est quand même plus facile à comprendre que « truchement »…

Enfin, terminons sur une note positive. On a vraiment vu le Président dans l'intimité. L'ambiance était sereine. J'ai même cru à un moment qu'on allait voir Brigitte débarquer avec des cordons bleus pour tout le monde. Mais en réalité, non, c’était le contraire… Le président était détendu parce qu’il était à domicile. Et c'est gonflé d'inviter des gens chez soi pour se faire servir la soupe.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.