Montebourg et le "made in France"
Montebourg et le "made in France" © MaxxPPP / Christophe Morin / MaxxPPP / Christophe Morin

Je me rends compte que je suis passée complètement à côté d’un sujet à la fin de la semaine dernière, et je ne peux pas laisser ça comme ça. Je me suis morfondue tout le week-end, il faut immédiatement que je répare cet oubli. Après les centaines de sujets qui ont fleuri dans les médias, jusqu’à hier, une double page dans leJDD , j’ai dû me rendre à l’évidence : j’ai largement sous-estimé l’importance des 34 projets innovants qui vont sauver la France !

Bon, ces projets « de dans dix ans », là, ils vont d’abord sauver l’image d’Arnaud Montebourg pendant une petite semaine.

Puis, éventuellement, ils devraient tenter de sauver l’idée d’une possible reconquête de l’industrie française… Bref, on est vraiment à deux doigts de sauver la France… et je ne comprends pas comment j’ai pu passer à côté d’une si bonne nouvelle.

Vous savez ce qui m’a induit en erreur ? C’est la personnalité d’Arnaud Montebourg. Ce garçon m’intrigue. Le type qui se la joue vieille France, en marinière et en vélo Solex, d’un coup, il vient nous parler d’innovations. Moi, je n’y ai pas cru.

Ce garçon est déroutant, tout de même. Depuis un an, c’est lui qui vient donner les derniers sacrements aux entreprises françaises : Florange, les Conti, Dunlop, il assisté à tous les enterrements… et d’un coup, maintenant, ce serait le type qui part à la « reconquête industrielle » ?

Et bien oui, Arnaud Montebourg l’a dit et c’est écrit noir sur blanc dans le journal, « Nos plans industriels sont nos plans de bataille ».

Elle a raison Ségolène Royal quand elle dit que Montebourg se prend pour un acteur américain… Moi quand j’entends ce clip, j’ai l’impression que Bruce Willis va débarquer pour sauver la France… Oui, il vient sauver le pays, avec une innovation de dans 10 ans : la friteuse sans huile ET sans pomme de terres !

Au journaliste qui demande au ministre s’il n’est « pas trop dur envers la Commission européenne », Montebourg répond en évoquant les plans d’austérité (je le cite) : « C’est comme dans les westerns américains, la cavalerie arrive une fois que tout le monde est déjà scalpé. » En fait c’est pas Bruce Willis, c’est John Wayne, ce Montebourg.

Avouez que c’est déroutant.

Le garçon est plein de bonnes idées, ça je n’en doute pas. Le coup de la marinière ça va beaucoup plus loin que ce qu’on avait imaginé. C’est en 2011, quand il a vu que l’Equipe de France, en perte de vitesse, jouait en marinière, Montebourg s’est dit : « Bon sang mais cette équipe de pieds nickelés va me foutre en l’air toute la chaîne de l’industrie textile française, il faut que je réagisse ! »

C’est là que j’ai compris. Sous ses airs vieille France, Arnaud Montebourg cache bien son jeu : il a toujours deux coups d’avance. Ca n’est pas un hasard s’il essaye déjà de nous vendre l’aspirateur de dans 10 ans.

C’est l’aspirateur de 2023. Il masque assez mal l’innovation la plus à même d’être concrétisée : le candidat nouvelle génération pour la présidentielle de 2022.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.