On va prendre les nouvelles d’un homme dont le destin a basculé vendredi devant la justice…

Oui, il ne va vas fort du tout…

Oui, Patrick Balkany ?

Hein ? Ah non, Balkany ça va, il est déjà en train d’organiser une galette des rois pour les vieux de la prison. Non, c’est Dupont-Moretti qui ne va pas bien. Son avocat. Lui, normalement il va au tribunal, il obtient l’acquittement, et puis il rentre chez lui. Mais cette fois, non seulement il a perdu, mais il termine essoré par son client. Pendant le procès, trois fois il a du aller rendre son stylo Mont-Blanc au juge parce que Patoche avait essayé de le chourer !

Et ça c’est rien, quand Balkany a entendu le verdict : quatre ans ferme avec mandat de dépôt, il s’est « chic, un mandat de dépôt, on va me livrer du cash ? »

Alors évidemment, depuis vendredi, Dupont-Moretti il a le moral dans les chaussettes. Au niveau de ses cernes, à peu près… Il ne sort plus de chez lui, les cendriers débordent de clopes et il mate l’intégrale des « Cordier Juge et flic » en calbut. Ca lui évite de regarder les infos. Parce qu’il a pu sauver Isabelle Balkany en disant qu'elle était souffrante, alors je ne vous raconte pas la gueule qu'il a tirée quand il l’a vue apparaitre sur les chaines infos plus souvent que Nagui sur France 2.

Cette fois, Dupont Moretti est vraiment prêt à tout pour arrêter de défendre Balkany. J’ai sous les yeux un extrait de sa plaidoirie pour le prochain procès : « Je vous en supplie, acquittez Monsieur Balkany. Si vous ne le faites pas pour lui, faites le pour moi ». Patoche il est tellement insupportable qu’à partir de maintenant, Dupont Moretti n’envisagerait de défendre que des gens honnêtes. Vous vous rendez compte ? S’il faut en arriver là : à devoir innocenter les innocents !

Parce que si maintenant, on commence à condamner les gens pour fraude fiscale, où va-t-on ? Dupont-Moretti va perdre son job. Là il est à deux doigts d’enfiler un gilet jaune pour aller gueuler sur les ronds-points.

Balkany lui envoie des textos : « Sortez-moi de là, 9 mètres carrés c'est à peine la taille de mes toilettes dans ma quatrième résidence secondaire ! », « Si je reste ici je sens que je vais me radicaliser ! Je suis déjà à deux doigts d’acheter une villa en Syrie ! »

Si les Balkany c'est les Thénardier, aujourd'hui Dupont Moretti c'est Cosette. Courage Éric. Dans trois semaines y’a le prochain procès de Patoche pour blanchiment. Ensuite, l’appel. Et entre temps, il va doit s’employer à défendre les policiers face à Mélenchon. Bref, après le martyr de Levallois, il va falloir affronter le Lula marseillais.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.