Florence Aubenas est l'invitée de Léa Salamé … Charline a lu son « Journal de bord » avec les gilets jaunes…

Donc, après avoir couvert le Kosovo, l'Irak ou l'Afghanistan, vous vous êtes dit :

Tiens et si j'allais passer une semaine sur le rond point du Leclerc de Marmande ? 

Vous faites attention à votre empreinte carbone, c'est ça ? Je sais que vous travaillez régulièrement en circuit-court… Et moi à chaque fois, ça me fait le même effet : comme si Indiana Jones débarquait en Franche-Comté.

Vous avez passé une semaine sur un rond-point, aux côtés des gens en colère et en souffrance, dans une cahute ouverte aux quatre vents alors que ça caille… Vous auriez dû taxer l'écharpe rouge de Christophe Barbier ! Pour une fois elle aurait servi à quelque chose, parce que là sur les plateaux télés, on sent qu'elle s'ennuie un peu.

Ce week-end dans  Le Monde, en une seule publication, vous avez mieux expliqué le mouvement des gilets jaunes que les 12.477 émissions spéciales des chaînes de télé. En fait c'était tout bête : pour comprendre ces gens, il suffisait de passer du temps avec eux. C’est pas si compliqué le journalisme en fait… Je dirais même plus c’est simple et humain, mieux on comprend. Vous savez que vous avez gâché le week-end de Jean-Michel Apathie avec ça ! Quand il a découvert votre reportage, il a gueulé :

J’espère qu’elle en a profité pour faire comprendre à ces gens qu’ils sont en train de ralentir la croissance de la 5è puissance mondiale !

Quand on pense aux grosses audiences de C News et BFM… Tout ce matos, les caméras, les experts, les écrans… Vous, vous êtes partie avec un stylo et un calepin. Et un photographe, équipé de pellicules en noir et blanc ! Alors qu’on le sait, depuis The Artist que le noir et blanc ça marche bien. Ok, c'est pas Jean Dujardin à Hollywood, c’est Robert Dupont à Marmande. Mais ça donne autre rendu du jaune fluo… vus avez réfléchi (plus que le gilet)… Parce que vous avez eu DU TEMPS. Vous, quand votre rédaction vous appelle pour dire : « On rejoint tout de suite Florence, quelle est la situation sur place ? » Vous répondez : « Ouais ben rappelez-moi dans cinq jours, puis on en reparle ! »

Grâce à vous, nous sommes nombreux à mieux connaitre le mouvement des gilets jaunes aujourd'hui. Alors, pour le prochain reportage dans un mouvement très hétéroclite, si vous pouviez passer une semaine à La République en Marche, on serait preneurs de quelques d'éclaircissements...

Il n'est pas exclu que le Président, en lisant votre article, puisse enfin comprendre  ce que les Français lui demandent depuis deux mois et demi. A moins qu’il se dise : « Voilà où mène ce mouvement… nos plus grands reporters, obligés de faire les ronds-points ! Pourquoi pas femme de ménage sur les Quais de Ouistreham tant qu’on y est ! "

Parce qu’il y a ceux qui « entendent la colère » et puis il y a ceux qui l’écoute.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.