Charline cède son micro à Camille, 19 ans, qui fait sa rentrée universitaire… face à Laure Adler, l'invitée du 7h50

Ca va les boomers, j’vous dérange pas ? Ayez pas peur madame Adler : j’suis jeune mais je vais pas vous toucher hein…Wow… Ça fait bizarre d’être en présentiel ! Nous à la fac on n’a plus l’habitude… Eh dites, ça vous dérange si je prends les croissants qui restent ? C’est pour mes colocs… On vit à cinq dans un appartement qui fait la taille de ce studio, alors bon, les gestes barrière…

Tout le monde est là : « Ouais les jeunes, c'est pas bien, vous vous collez les uns aux autres... » Ben ouais,  vu que tout le monde a eu le bac l'année dernière, les amphis sont pleins à craquer. Dans le mien on est 600. Donc si ce matin, y'a Marco qui téléphone pour dire qu'il a perdu le goût et l’odorat, t'as 600 étudiants privés de cours pendant une semaine !

Et le programme Erasmus ? On s’assoit dessus. Mon pote Rémi il devait partir à Barcelone. Là il se retrouve à Rungis, et il se met à chialer dès qu’il écoute la Mano Negra. Et ma cousine, Emma. Elle devait faire un stage de six mois dans un centre d'art contemporain à New-York. Eh ben son stage elle le fait au rayon tapisserie du Leroy Merlin à Bagnolet.

Nous on est à un âge où justement, on a tendance à se rapprocher, si vous voyez ce que je veux dire... Oui je sais, madame Adler, j’ai lu votre livre, vous les vieux, vous le faites toujours aussi… Mais à 20 ans, vous n’étiez pas confrontée à des dilemmes du genre : « Est-ce que j’accepte de sortir avec ce garçon au risque de mettre la vie de mamie en danger ? » Vous ne pensiez pas à votre grand-mère au moment d’emballer un mec ? En plus on nous traite d'irresponsables, c'est pas de notre faute le virus. Je rappelle qu'on mange au resto U, nous, on n’a pas les moyens d'acheter du pangolin.

Et pour trouver un job d’été ? Eh ben c’est comme l'automne, le printemps et l'hiver : y'en a pas ! Alors là je vais vous rassurer : comme on ne peut plus bosser, les soirées dans les bars ça va être vite réglé. Fin septembre, tout le monde est à découvert et fini la récré.

Déjà qu’on a fait une croix sur tous les festivals. Pour faire semblant, moi, j'ai passé le mois d'août à camper dans le jardin, à me verser de la bière sur les cheveux et dès que je croisais mon daron je lui demandait : « Sur quelle scène elle joue Angèle ? »

On n’a plus rien pour s'amuser ! Du coup on invente des jeux : dans ma coloc, dès qu'il y en a un qui ne respecte pas les gestes barrières il boit un shot. Et comme si tout ça ne suffisait pas, on a en plus Darmanin qui veut nous foutre en taule dès qu'on fume un pétard. 

J’ai l’impression d’être dans la file d’attente de la vie et t’as le sorteur qui dit : « Déso, c’est une soirée privée. » Alors ok les vieux sont laissés sur le bord du chemin… mais nous, on ne nous indique même pas où il est, le chemin !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.