Dans les grandes villes, on doit déjà faire attention aux pigeons… Mais maintenant, on doit aussi faire attention aux drones! Il y a quelques semaines, on nous disait que des drones allaient bientôt livrer nos colis Amazon. Je trouve ça très poétique si on me livre quelques Jules Verne ou du George Orwell. Nettement moins si c'est un lave-vaisselle ou une brosse à cabinet. Car Amazon vend de tout, ou presque.

Chérie, le drone d'Amazon veut une signature !
Chérie, le drone d'Amazon veut une signature ! © YouTube

Evidemment tout ça n’est qu’un coup médiatique de Jeff Bezos, le PDG d’Amazon. S’il avait annoncé le licenciement de plusieurs milliers de livreurs, on aurait crié au scandale. Alors il a préféré annoncer l’arrivée de drones, et là, c’est du génie! D’ailleurs, Bercy envisage désormais de parler d'embauches de drones plutôt que de licenciements de fonctionnaires.

Mais rassurez-vous, ça resterait des drones français : aux 35h de vol, avec RTT, pause pipi, ticket resto et dimanche en famille. En revanche, ce qui fait peur à l'Etat, ce sont les défilés de drones en cas de grève. Allez déloger 100.000 engins volants à coup de matraque... autant demander à un épileptique de chasser les mouches.

Bon, en tous cas, Amazon peut se réjouir, les premiers tests sont assez concluants.

- La livraison avec des drones aurait commencé ?

Bien sûr, vous n'avez pas vu ces magnifiques images de Nancy vu du ciel sur Youtube ? Ce jeune lycéen qui a fait voler son drone au-dessus de la ville ? Je suis persuadée que c'était un essai d'Amazon.

Bon, alors… On sent qu'il cherche un peu son chemin, surtout quand il démarre en haut d'un clocher. Le problème c'est qu'on lui avait filé une adresse au troisième étage au fond du couloir, et le drone ça a beau être bourré de technologie, ça n’est pas encore très performant pour les interphones.

Je suis assez d’accord avec les autorités qui estiment que l’engin a mis en danger la vie d’autrui, parce que si vous regardez bien les images, il vole sous les arcades, il se faufile sous des porches, tout ça pour voir si ça passe bien dans tous les sens. Mais ce qu'on ne voit pas c'est que le drone de Nancy livrait deux paquets de couches, de la litière pour chat et un fer à repasser. Et si un passant se prend un fer à repasser…En effet, c’est le drame.

Donc pour ce qui est de la livraison de sacs de ciment, de poêle à charbon, mais aussi pour les mouvements d'argent liquide et les lingots d'or, il faut passer à un modèle d'engin au-dessus. Là, le service est plus performant et plus sûr. D'ailleurs hier, un client suisse d’Amazon a pu se faire livrer en moins de 24h à Genève un colis en provenance d’Addis-Abeba, alors que la plupart des colis embarqués auraient du passer par Rome. C’est ce qu’on appelle le service premium.

Amazon a engagé une réflexion pour les plus petits colis sans passer par le drone, puisque l’expérience a échoué à Nancy. Le géant américain a recruté Renaud Lavillenie, qui pourrait vous livrer directement par la fenêtre. Ca demande deux ou trois réglages techniques, parce que 6,16m c'est une hauteur intermédiaire pour les immeubles, donc pour l'instant il se prend la façade entre le deuxième et le troisième étage. Mais pour ce qui est de la précision, Amazon fait pleinement confiance à un type qui court depuis 20 ans après 1 centimètre.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.