"Avec les séances de nuit à l'Assemblée nationale, François de Rugy va vous faire grimper au perchoir" François de Rugy, restez parmi nous. Charline s’inquiète de la santé des députés qui vivent au rythme infernal des réformes…

Vous faites venir monsieur de Rugy un lundi matin, alors qu’il est déjà crevé ! Mais vous voulez le tuer ou quoi ? Avec les réformes à la chaîne, les cadences infernales, l’Assemblée c’est l’usine… Vous voyez bien qu’en ce moment cet homme fait les trois huit ! On voit bien qu’il ne dort plus ! Ne vous laissez pas aller, hein, m’sieur de Rugy… Vous prenez un peu de magnésium en ce moment ? Regardez-moi cette mine, il a l’air aussi jouasse que Philippe Séguin ! 

Pourtant on le sait bien que tous les députés sont au bout du rouleau ! 

Eric Ciotti n'a même plus le temps de faire ses quatre matinales hebdomadaires (si c'est pas malheureux ça)... Epuisée, au bout de 80 heures de débats par semaine, l’araignée de Cédric Vilani s’est décrochée de sa veste, elle est tombée un banc plus bas, sur la tête de Barbara Pompili qui a hurlé avant de s’évanouir. Les gens sont à bout ! Après, il ne faut pas s’étonner que Jean Lassalle pète les plombs !

François Ruffin est très remonté contre les séances de nuit

Je vous préviens, à la prochaine, il viendra dans l’hémicycle en pyjama. S’il rentre la chemise de nuit dans le pantalon, c’est autorisé ou pas ? Et quand il vous accuse de saboter le Parlement en faisant passer les sujets polémiques très tard le soir, ça m'énerve ! Pardon mais si vous préférez avoir un peu d'intimité pour voter certains amendements comme le glyphosate, c'est votre droit. Ben oui l’après-midi, quand tout le monde est là, ça cause « amendement Chocolatine », alors on prend du retard. Résultat, avec tout ce boulot, les députés n’ont même pas encore eu le temps de s’occuper du volet social !

Là-dessus, LCP, le Chaîne parlementaire, elle diffuse 24h / 24… Vous avez écouté la présentation des séances de nuit ?

« Bonjour, et bienvenue dans les nuits LCP… Dans un instant, votre programme « Une nuit avec de Rugy », François va nous faire grimper… au perchoir. Instants feutrés dans l’hémicycle, où les corps s’alanguissent, sur le velours rouge des sièges qui se dévoilent… dans la promesse d’un débat sur l’étiquetage des produits laitiers… »

Voilà où on en est ! 

Alors je m’inquiète pour vous m’sieur de Rugy. Vous qu’on connu si énergique… (je vous confondais toujours avec Jean-Marc Ayrault, moi !) Pardon mais quand on brigue l’Assemblée, c’est justement pour éviter le surmenage, non ? Si le but c’est de faire un burnout au bout d’un an, c’est infirmier aux urgences qu’il fallait faire !

Alors derrière ces avalanches de projets de loi, il y a moins de temps pour débattre, défendre des points de vues et soutenir des amendements bref : y’a moins de temps pour faire vivre une démocratie.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le Billet de Charline Vanhœnacker Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.