Venise a subi hier sa quatrième marée haute en une semaine, la cité des doges est inondée et les dégâts s’élèvent à un milliard d’euros…

Venise, c’est 50.000 habitants et 36 millions de touristes par an. Ceux qui y sont pour la première fois sont doublement surpris. On leur avait vanté les canaux, mais de la à s’imaginer qu’ils traversaient le hall de l’hôtel… En Italie, on appelle cette marée haute l' « Aqua alta ». A Venise, même une catastrophe naturelle résonne comme un nom de parfum.

Et en effet, c’est la ville du romantisme et des amoureux. Mais là, ça va être beaucoup moins évident d’emballer Micheline quand tu portes des cuissardes en caoutchouc. Et que dire de Jean-Louis, ce touriste français qui profite de son deuxième voyage de noces, alors que pour son premier mariage, il avait fait sa demande à Vaison-la-Romaine ?

Et puis il y a ceux qui contemplent le désastre depuis le pont de leur immense paquebot et qui doivent se dire : « Eh ben maintenant si on ne peut même plus commander un Spritz place St Marc, il va vraiment falloir faire quelque chose contre le changement climatique ! »

En attendant, la visite du Palais des Doges peut s’envisager en jet-ski. Et une catastrophe en appelant toujours une autre, si ça se trouve Jeff Koons va offrir à la ville une sculpture… une main jaillissant du sol et qui tient un seau. Enfin, ne parlons pas de malheur… Et en parlant d’art, les Italiens ont bien fait de nous prêter l'Homme de Vitruve, sinon à l’heure qu’il est, il serait peut-être en train de faire la planche devant le palais des doges.

On a hâte de voir la tête des responsables européens quand les premiers réfugiés climatiques vénitiens vont migrer sur nos côtes en Vaporetto. Bientôt les pigeons de la place St Marc auront tous été délogés par des mérous… c’est le grand remplacement à l’italienne. Tout a été inondé à Venise. Il y avait bien un projet de digues censé protéger la ville des marées, mais le budget n’est plus étanche. Et là c’est moins la faute de la météo que de la corruption, semble-t-il…

Alors il y a bien une autre solution, plus radicale : déplacer Venise aux Emirats arabes unis et créer un Venise Abou Dabi… Parce que la dernière Aqua Alta, hier, elle a tout de même atteint un mètre cinquante, j’vous signale ! Et pour vous donner une idée, 1m50 de hauteur c’est… ça revient à… Oh mon dieu… quelqu’un a des nouvelles de Nicolas Sarkozy ?

Bref, Venise a toujours été une ville musée. On peut y découvrir le témoignage du passé et depuis aujourd’hui y on voit aussi un témoignage ce qui nous attend demain.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.