Le télétravail reste recommandé et faute de bars et de restos ouverts, les apéros Skype s’installent aussi dans la durée… avec quel constat ?

Que l’open bar, c’est pour les GAFAS ! On a bien nourri la bête, on a tellement chargé le Cloud que je suis étonnée qu’on ne se le soit pas encore pris sur la tronche. Avant cette crise, on essayait encore d’être un peu vigilant sur l'utilisation de nos données, mais là depuis le confinement on s'est complètement relâché. On a installé toutes les applis de visioconférence pour pouvoir faire des réunions et des apéros et bien entendu on a coché la case "J'accepte" sans avoir lu les Conditions Générales d'Utilisation... Alors que pour une fois on avait le temps de les lire !

Et on a ouvert en grand les portes de nos foyers… Avant quand un visiteur sonnait à la porte, on l’accueillait dans le hall, et ensuite on lui proposait éventuellement de passer au salon. Depuis deux mois, en un seul clic, on fait passer n’importe qui directement dans la chambre à coucher.

Certains ont même oublié que le FISC a annoncé qu'il allait repérer les signes extérieurs de richesse sur les réseaux pour lutter contre la fraude fiscale… et là ils leur ont tendu la calculatrice pour se faire contrôler. Quand les artistes font des live chez eux, il y a forcément des inspecteurs du fisc un peu mélomanes derrière leurs écrans. Eux aussi ils likent la vidéo mais pas pour les mêmes raisons. Pendant que nous, on se dit : « J’adore la reprise de ce morceau par Mathieu Chédid », il y a des fonctionnaires de Bercy qui doivent se dire : « Dis-donc il est super ce frigo américain chez Mathieu Chédid ! C’est un modèle avec congélateur à froid ventilé 144 litres, ça! Et distributeur à glaçons intégré ! » Ouh, je vais le noter, ça, tiens… on ne sait jamais... 

On ne compte plus les artistes qui ont ouvert la porte de chez eux à des millions de fans ! Il y a les concerts avec Benjamin Biolay, les lectures de Josiane Balasko, et les cours de droit fiscal de Florent Pagny... qui lui il a pris soin de filmer bien serré… On ne la lui fait plus ! Vous n’aurez pas sa liberté de cadrer.

Pendant le confinement on en avait plus rien à faire de la protection de nos données. Comme si savoir qu'on est surveillé nous permettait de briser le sentiment de solitude ! Le manque de contact humain nous a tous transformés en candidats de téléréalité, dans le fond. Seulement, un jour on va te sucrer ton RSA parce qu'on aura vu pendant un apéro Skype que t'avais du jambon supérieur dans ton frigo.

Quant aux Gafas, qui se sont bien gavés, tout le monde s'accorde pour rappeler qu’en plus ils "profitent de règles fiscales dépassées". Et c’est bien la seule fois qu’ils ne semblent pas pressés à ce qu'on installe une mise à jour.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.