Nous sommes en pleines vacances de février de la zone C (Paris – Bordeaux). Ah les vacances au ski : les trains couchette, cette douce nuit ferroviaire, glissé dans des draps en portefeuille, amidonnés. Ce petit oreiller qui vous imprime SNCF sur la joue au réveil. Une nuit scandée par le roulement du rail, à contre-temps avec le ronflement du type au-dessus de vous… Les pieds qui touchent les valises et la carte bleue glissée dans le slip… On n’est jamais trop prudent.

J’ai une fascination pour les sports d’hiver… Je viens du plat pays, donc déjà pour moi, le parcours de Nation jusqu’à Bastille, c’est une piste rouge. Quand je manifeste l’hiver, c’est en chasse-neige.

le bronze pour le français kevin rolland en ski halfpipe
le bronze pour le français kevin rolland en ski halfpipe © reuters

Mais plus jamais de ma vie je n’irai skier en même temps que la zone C ! Pour me retrouver avec les mêmes qui me bousculent pour entrer dans le métro, en marchant sur mes spatules au télécabine, merci bien. Les vacances de ski avec la Zone C, ça n’est ni plus ni moins que Paris par -15 degrés avec un masque de ski fluo sur la tronche et un collant Damart. Et… il y a même des chauffards… C’était l’objet d’un dossier du « Parisien » ce week-end…

Un skieur sur cinq dévale les pentes avec un coup dans le gosier. Et d’ailleurs, un quart des accidents sur les pistes est du à des skieurs beurrés comme des coings… Bien au-delà du niveau autorisé chez les automobilistes… Sur les pistes on appelle ça « le planter de glaçon. »

Le problème, c’est que les automobilistes qui ont perdu tous les points sur leur permis se rattrapent sur le ski. La préfecture de Savoie indique que les skieurs sont en état d'ébriété en pleine après-midi, ce qui accroît les chutes, mais aussi les bagarres. A Méribel, on vend des éthylotests. Quel gâchis. On pourrait faire beaucoup plus simple : à quoi reconnaît-on directement un skieur bourré ? Quand il fait un slalom, il file tout droit !

C’est un problème. Hier, après avoir forcé sur le génépi, une de vos vieilles connaissance, Eric, a du rentrer à la station en luge…

Monique ! Et elle n’a toujours pas trouvé le frein… en revanche le tire-fesses, ça…

On ne se rend pas assez compte de ce qui se passe en état d'ébriété. J'ai lu la liste des symptômes, ça ressemble étrangement à la trajectoire d’un dirigeant politique… Je vous lis les conséquences de l'abus d'alcool: d'abord un début de sensation d'euphorie (ça, c'est l'élection...), puis très vite une augmentation du temps de réaction… Arrivent des troubles de la vision latérale, on ne voit plus à droite ni à gauche, ensuite la baisse de vigilance, et enfin la difficulté de coordination des gestes et l'altération du raisonnement.

Il y a donc des comportements déviants jusque dans les sports d’hiver… C’est d’ailleurs le cas aux JO de Sotchi. Monseigneur Barbarin, évêque de Lyon le soulignait encore ce week-end lors de la messe: “ Si on autorise le biathlon, après, il vont vouloir faire du triathlon et du pentathlon… C’est complètement stupide ! ”

Tant que j’y suis à la discrimination dans le sport, je pense qu’on a tort de sous-estimer les pays du sud dans la compétition d’hiver. Prenez la seule représentante africaine, la skieuse togolaise Mathilde Petitjean… Et bien elle est là pour prouver qu’au ski, on ne se méfie jamais des Noirs… Ils battent souvent les Blancs en neige.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.