Charline Vanhoenackeur a une proposition à faire à Bruno Retailleau...

Bruno, prolongeons ce moment. De toute façon, t’es comme chez toi ici ! Si, fais pas le gêné, j’ai vu ce matin, quand t’es arrivé, l'agent d'accueil t'a tapé dans la main en te disant : « Hey, Nono ! Wesh, bien ou bien ? » Siii ! Pourtant il ne connait même pas les prénoms de tous les employés ! Tu viens une fois par mois ici… Si Léa n’était pas maquée avec Glucksmann, j’aurais des doutes…

Non mais c’est bien que tu sois là. On a besoin de rajeunir l'audience, Bruno, c'est quelqu'un comme toi qu'il nous faut. Bah quoi au Sénat t'es un des plus jeunes, pratiquement ! « Bruno the Kid », ils l'appellent, les collègues ! Déjà on a un tas de points communs avec toi ! Je crois qu'on peut dire qu'autour de la table, aucun d'entre nous ne souhaiterait devenir président chez Les Républicains... Bon à part Dominique peut-être... Mais ça fait déjà UN point commun ! Aaaah vous la sentez l'amitié qui s'installe entre nous, là ?

T'es différent des autres. Toi quand tu viens ici t'es de bonne humeur tu souris à tout le monde... C’est pas toujours le cas avec les LR... La dernière fois y'avait Valérie Pécresse, le seul moment où on l'a vue sourire, c'est quand Thomas Legrand s'est cogné le genou dans le fauteuil...

Franchement je me demande si t'es vraiment à ta place dans ce parti... Depuis quand chez Les Républicains on refuse une bonne guerre des chefs ? C'est dans l'ADN du parti, comme les mises en examens ça ! Que ce soit les combats entre Sarkozy et Juppé, entre Coppé et Fillon, ou même entre le mec de l'accueil du QG et celui du ménage ! C'est beau ce geste de se mettre en retrait afin d'éviter les confrontations inutiles. T'es un vrai pacifiste, toi, Bruno. Avec tes petites lunettes t'es un peu le John Lennon de la droite française.

Hey… En ce moment y a Gérard Larcher qui est l’invité de RTL… Vous pensez que l'ambiance est aussi bonne que chez nous avec Bruno ? Oooh, je ne crois pas non... Mais enfin Bruno, quitte-les définitivement ! Regarde ce parti, il lui reste six mois à vivre... Alors que nous, ici, à Radio France, notre espérance de vie elle est d'au moins… deux ans ! Ici en ce moment c'est pas la joie, on est dans une situation de crise. Et qui mieux que toi Bruno pour nous aider. T'as quand même été le bras droit de Fillon pendant toute sa campagne ! Quand t'as ça sur ton CV, ça t'ouvre toutes les portes du marché en gestion de crise…

Du coup, je t'ai emmené ton contrat. Bon pour le moment on va partir sur un petit CDD, à cause de la conjoncture, tu comprends bien... Je me suis occupée de ta carte de parking aussi… Voilà. On sait pas de quoi demain sera fait pour nous mais si tu souhaites faire le grand saut, sache que nous, de notre côté, on est prêt.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.