Rachel Jedinak, rescapée de la rafle du Vel d’Hiv, qui publie « Nous étions seulement des enfants » aux éditions Fayard est l’invitée de Léa Salamé à 7h50….

Eh ben bravo, je vous félicite ! Voilà une belle apologie de la gifle, et à une heure de grande écoute, en plus ! Quand je pense que des gens se sont battus pour obtenir son interdiction… et voilà qu’on vient tranquillement la réhabiliter, au prétexte qu’elle peut sauver des vies !

(Pardon) L’ironie, c’est ma manière de surmonter l’émotion. Ce que j’essaye de vous dire à ma manière, chère Rachel, c’est que grâce à des gens comme vous, aujourd’hui on a le droit de se marrer. 

De nos jours, « se marrer », ça sert juste à ambiancer une époque un peu molle. Cela dit, qui s’en plaindra, quand on compare à votre récit… Qui se plaindra qu’aujourd’hui, en France, la seule chose que risquent les enfants de 8 ans, c'est de tomber sur un programme de NRJ12 ? Vous avez connu un monde bien plus terrible que celui de 2018. Les années 40, c’est une époque pendant laquelle certains Français avaient un peu mis de côté leur tendance Gaulois réfractaires…

En vous écoutant ce matin, chère Rachel, c’est nous qui venons de nous prendre une grosse claque. Et vu la tangente que prend doucement le pouvoir en Europe… on se dit qu’une bonne gifle de temps en temps ne nous ferait pas de tort. Surtout si ça peut donner un sursaut de conscience à un petit con venu se jeter devant un bus de la RATP… 

Vous venez aussi de nous rappeler que parfois la vie tient parfois en trois mots. Pour vous, c'était « Fiche le camp », quand pour d'autres, ça peut-être « C'est notre projet », ou encore, « Rend l'argent ». 

A ce propos, il est normal que les jeunes aient du mal à s’imaginer qu’hier encore, des innocents étaient obligés de se cacher. Alors qu’aujourd’hui, on invite quotidiennement sur les plateaux de télé des gens qui ont été mis en examens… Mieux, n’oublions jamais que des gens ont donné leur vie pour qu'Eric Zemmour ait le droit de dire des saloperies. Et que plus il en dit, plus il est invité à les répéter.

Chère Corinne… euh Rachel pardon, c'est Zemmour qui veut que tout le monde s'appelle Corinne. Nous avons si peu de mémoire… Que ce soit au moment de voter pour Salvini, Orban, ou Le Pen. Ou des duettistes Wauquiez et Ciotti, qui déplorant le manque de prisons en Nouvelle-Calédonie, alors que l’île a précisément été fondée sur la déportation de prisonniers issus de la métropole. 

Après, il arrive que la mémoire nous joue simplement des tours… Nicole Belloubet qui oublie 300 000 euros de biens immobiliers sur sa déclaration de patrimoine, Gérard Collomb qui oublie qui est ce Benalla ou bien encore Jean-Marie Le Pen qui oublie de fermer sa gueule… 

C'est grâce à des gens comme vous qu'aujourd'hui nous pouvons critiquer librement un gouvernement ! Imaginez la frustration si on ne pouvait pas se moquer des produits dérivés de l'Elysée ! Personnellement, je serais malade de ne pas pouvoir faire des blagues sur le bracelet « Egalité » à 250 euros… Car dans le fond, le rire, c'est la seule chose que nous offrent encore les gens qui nous gouvernent. Et ça on saura s’en souvenir…

Aller plus loin

Ecoutez Rachel Jedinak, présidente du comité Tlemcen, qui réhabilite la mémoire des enfants disparus au cours de la Seconde Guerre mondiale, au micro de Léa Salamé.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.