Des lycéennes s’élèvent contre les remarques récurrentes des surveillants sur leur tenue. Le ministre de l’Education leur a répondu : « Habillez-vous normalement et tout ira bien »…

Jean-Michel Blanquer avait prévenu que c’était une rentrée normale. Bon, il n’avait pas précisé que « normal » c’était QUE pour les vêtements. Ca veut dire quoi « normal » ? C’est pas bien compliqué : un costard gris, des mocassins, rasé de près avec des petites lunettes, comme tout le monde, quoi ! C’est sûr, Jean-Michel, c’est pas une influenceuse Instagram. Question fringues, lui il croit vraiment au modèle amish.

Ce qui lui pose problème ainsi qu’à certains surveillants dans les écoles, c’est ce débardeur qui dévoile le nombril, et qui s’appelle le « crop-top ». Aujourd'hui le crop-top symbolise un peu la rébellion. La rébellion pour les filles ! Sinon demain on verrait Mélenchon faire campagne en crop-top pour 2022 et personne n’est prêt à une telle violence. (Tout le monde a bien cette image en tête ?)

Le crop-top ne fait qu’accentuer un vieux problème. Ca n’a jamais été facile pour un garçon de 3ème en cours de maths, qui essaie de se concentrer sur une équation et puis à ce moment-là, c’est une fille qui trouve la bonne réponse, du coup elle lève le bras et BAM ! Le garçon voit le nombril de la fille. Ca c’est vraiment déloyal.

Alors il vaut mieux pour tout le monde que les élèves s'habillent sobrement pour aller au lycée et après ils portent ce qu'ils veulent quand ils font d'autres trucs, y’a plein d’occasions : quand ils sortent en boîte, par exemple. Euh… ouais. Quand on ils vont à un concert ! A bah non plus... Bon ben quand ils restent chez eux ! Voilà ! Ils s'habillent comme ils veulent quand ils restent à la maison.

Si on ne peut plus humilier les jeunes quand ils veulent entrer dans une soirée, maintenant, on peut aussi les humilier devant leur école. Surtout les filles : si elles mettent des jupes trop longues c'est des intégristes et si c'est des jupes trop courtes c'est des trainées ! Non mais cette phrase de Blanquer : « Il suffit de s’habiller normalement et tout ira bien »… On croirait entendre un officier de police prend une déposition pour harcèlement sexuel.

Il faut le reconnaitre, certaines tenues sont suggestives, c'est vrai. Moi par exemple quand j’ai vu les photos de Jean-Michel Blanquer en short sur une planche à voile dans Paris-Match, ça m’a rendue toute chose. Bon, il n’était pas au boulot non plus, il a bien le droit d'aguicher les dauphins, il fait ce qu'il veut on ne juge pas.

On sait tous que Jean-Mi rêve du retour de l’uniforme. Mais pour éviter d’en arriver là il y une solution : il suffit de faire des écoles pour les filles et des écoles pour les garçons. Et puis si jamais ça marche pas, c’est pas une drame : les garçons continueront d’aller à l’école et les filles resteront à la maison.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.