« A quoi vont ressembler nos vacances d’été ? » On pose la question à Clémence, gestionnaire de Win-win voyages…

Je ne peux pas répondre à cette question, je suis aussi paumée que vous ! « A quoi vont ressembler les vacances d’été ? Pour ceux qui ont encore un travail » vous voulez dire ? Nous, dans le secteur du voyage c’est très compliqué. Pourquoi ? Parce que c’est devenu beaucoup trop simple de faire voyager les Français ! Ils suffit qu'ils sortent acheter des clopes pour se sentir dépaysés, alors on se sent inutile. Je vais devoir tout repenser et songer à organiser des séjours découverte à la boulangerie ou au salon de coiffure…

Là, par exemple, je viens de raccrocher avec un dame qui avait réservé depuis six mois un circuit dans le Colorado. Bon, je lui dis je peux vous l’échanger contre un gîte dans le Limousin. « Non mais vous verrez c’est très chouette le Limousin, c’est le Colorado français ! »

Et pour ceux qui avaient prévu d'aller visiter le Grand Canyon, je propose les gorges de l'Ardèche : c'est pareil mais en plus vert. 

On sent parfois une pointe de déception, mais que voulez-vous, cet été, on va déjà passer de « Restez chez vous » à « Restez en France »… on progresse ! On progresse même énormément, actuellement, à chaque fois que le hashtag « Restez chez vous » apparaît, un agent de voyage meurt dans le monde.

L’Ardèche, c’est pas d’un exotisme torride, d’accord, mais attention toutefois à votre peau qui n’est plus habituée au soleil… n’oubliez pas d’emporter une protection, un gel hydro-alcoolique indice 50 minimum. Et petit rappel aussi pour les naturistes : OUI pour les courses, les masques et les gants sont obligatoires même au rayon frais. Ben oui, à la place de la Californie je suis obligée de proposer le Cap d’Agde… et alors, allez-y pour leur faire comprendre le concept distanciation sociale…

Bref. Aujourd'hui les critères d'exigence des clients ont changé... Les gens s’en fichent d’avoir une vue sur mer, ils veulent une vue sur le supermarché. L’accès à la plage c’est secondaire, la plus value c’est l’accès aux urgences. Avant, on me posait des questions sur les compétences du chef cuistot du camping, aujourd'hui on me demande ça pour le médecin de l'infirmerie. De toute façon j’ai beaucoup moins de réservations dans les campings, les gens se doutent bien que le soir c’est mort pour faire la chenille.

Sinon je propose aussi une formule « Retour aux sources ». On peut par exemple visiter la Provence de façon 100 % éco-responsable. C’est 5.000 euros la semaine… Le surcoût, c'est le trajet Paris-Marseille en calèche.

Non, vraiment, les seuls qui sont contents c’est mes collègues étrangers. Ils se disent tous : « Quel pied, cette année tous les Français vont rester chez eux ! »

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.