Dimanche, l’Espagne votera aussi pour les municipales. A Barcelone, Manuel Valls se situe 10 points derrière le 3 ème dans les sondages… Il est soutenu par sa compagne, Susana…

Senor Demorand, je vous ai entendu ! Je reviens et je ne suis pas contente ! Les sondages ils disent qu’il a autant de chance de gagner qu’un petit taureau dans les arènes de Las Ventas… Dites plutôt qu’il a autant de mal à décoller qu’un avion d’Air France en plein conflit social. Vous les Français vous êtes jaloux, oooouh les jaloux ! Parce qu'on vous a piqué Manuel ! Vous êtes des mauvais joueurs !

Je vous rappelle qu’en 2011, à la primaire des socialistes il a fait 5%. Et il est devenu Premier ministre ! Ça c’est la remontada !

Je lis que Manuel est encore inconnu à Barcelone. C’est faux. Il est inconnu dans tout le reste de l’Espagne aussi ! Mais quand on croise les touristes français, là c’est une star ! Tous ils lui disent de bien s’accrocher et surtout de bien bien rester à Barcelone. Si ça, c’est pas de la passion !

Parce qu’il a changé Manuel. Fini les costumes beiges avec les cravates violettes. Maintenant c’est chemise blanche, blouson en cuir. Antonio Banderas on l’appelle. Manuel il aime Barcelone plus que tout. Même moi je passe après. Je lui propose de monter sur mes ramblas. Non, il préfère aller coller ses affiches.

L’autre jour il a même invité tout plein de gitans à une soirée tapas. Vous avez vu les photos avec les gens qui jouaient de la guitare ? On a fait les buzz dans le journal avec ça, le buzz !

Le buzz, oui…

Si rhaaaaa, je sais, je sais… En France, Manuel, il expulsait les gitans et maintenant il joue de la guitare avec eux. S’il gagne il fait revenir Léonarda, et elle sera sa première adjointe ! Et j’espère qu’il va gagner ! Moi j’ai tout misé sur lui : je le vois en Clémenceau… alors c’est pas pour me retrouver avec un Jean-Christophe Cambadélis sur une palette rouge qui joue de la musique dans la rue avec les Gypsy Kings ! L’autre jour il m’a dit « Mi amor, même si je perds, nous deux c’est à la vie à la mort ». Hay mi carino ! Alors que s’il perd, ce sera adios amigos. Et quand je lui ai dit que peut-être un jour, je vais reprendre mon indépendance… il se met en colère parce que les indépendantistes il déteste ça. Là, il arrête de respirer et devient tout rouge.

Pourtant, il est courageux ! Il est allié au centre-droit et il prend le risque d’être battu par la gauche. Mi Che Guevarito ! Manuel il a traversé toutes les frontières, tant géographiques que politiques ! Alors pour la fin de la campagne j’ai trouvé un slogan : « Manuel Valls où le vent l’emporte". Bon, comme je ne maîtrise pas bien le français j’espère que c’est pas une expression qui porte à confusion.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.