En raison des risques sanitaires, les Parisiens délaissent le métro et préfèrent le vélo, les déplacements en deux roues ont bondi de 70% dans la capitale…

Aux heures de pointe, y’a carrément des embouteillages de vélos, ça roule garde-boue contre garde-boue ! Y’a même des gens qui arrivent en retard en réunion et qui disent : « Je suis désolée, je suis à la bourre, mais je suis venue en vélo… »

En ce moment on est plus serrés sur les pistes cyclables de la rue de Rivoli que dans une rame de la ligne 13. Avant, les Parisiens c'était des gens qui tiraient la gueule dans le métro, aujourd'hui c'est des gens qui tirent la gueule à vélo.

Il paraît que cet engouement pour la bicyclette touche toutes les grandes villes, mais à Paris c’est impressionnant. Je vais hyper gaffe en traversant les grandes avenues, j’ai pas envie de me faire renverser par le peloton. Même les scooters n’osent plus mordre la ligne blanche qui les sépare des pistes cyclables, ils risquent de se faire renverser par des vélos ! Il faut voir les cyclistes slalomer entre les travaux et les terrasses de cafés installées sur la rue, aujourd’hui c’est eux qui gueulent « Hidalgo démission ! » Et quand il y en a un qui est bloqué au milieu de tous les autres vélos et qui hurle : « Hé ho moi je suis là pour bosser ! » c’est un livreur Deliveroo. Si vous voulez manger chaud à Paris,  évitez de commander entre 18 et 20 heures.

Je vous fais un point circulation, c’est bien simple : les bagnoles gueulent sur les scooters. Les scooters gueulent sur les vélos, qui gueulent sur les trottinettes électriques, qui elles-mêmes gueulent sur les piétons. C'est une sorte de chaîne alimentaire du transport urbain. Et puis à vélo y’a pas le bruit du moteur, alors on entend beaucoup plus clairement les insultes.

Finalement que ce soit en voiture ou à bicyclette, on se retrouve toujours face aux mêmes problèmes. T'avais Jean-Pierre avec sa grosse bagnole qui venait te mettre la pression en te collant au pare-choc arrière, désormais t'as Jean-Pierre avec son gros vélo qui vient se te mettre la pression en se collant à ta roue arrière. C'est exactement les mêmes incivilités, mais dans un air plus pur...

Les accrochages sont fréquents ! Parfois t'en vois certains rouler t'as envie de leur remettre les petites roues ! Pas les écolos, eux ils ont l’habitude, et ils roulent de nuit aussi, ils ont équipés : ils ont une lampe à huile à l’avant. 

Donc aujourd'hui la routine de beaucoup de Parisiens c'est devenu  Vélo/Boulot/Dodo... Enfin parfois c'est Vélo/Boulot/Bobo parce qu'on s'est crouté sur la piste. Alors pour retrouver les vraies sensations du vélo et pour tous ceux qui télétravaillent, je vous conseille le vélo d’appartement.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.