Le sommet de Davos se tient jusqu’à vendredi. Cette année c’est un Forum économique mondial VERT, et nous recevons la porte-parole…

Oui, ça y est, on a pigé, on est écolos à Davos ! Cette année les participants sont venus à deux par Jet privé. Ils font du co-Jetting ! Si chacun fait un petit geste, la planète nous dira merci.

On s'est rendu compte que la nature crée des richesses. Par exemple si on devait éliminer nous-même le carbone capturé par les écosystèmes, la facture s’élèverait à 33 trillions de dollar par an... C'est à dire 33 milliards de milliards de dollars... Même pour nous à Davos c'est une somme. Donc, le taux de productivité d'une fougère est largement supérieur à celui d'un enfant chinois dans une usine. C'est pour ça qu'on doit protéger la nature. 

Nos débuts ont été balbutiants, on ne protégeait que certains types de végétaux : le blé par exemple ! Mais pas uniquement... L'oseille aussi. Hahahaha ! Humoooour. On est plus détendus depuis qu’on est écolos. L’an prochain je pense inviter Tryo et Yannick Noah pour nous ambiancer. Davos c’est devenu une Zad ! Je sens déjà une dread lock qui me pousse à l’arrière. Une « dread », j’explique pour Domi… c’est une grosse mèche toute emmêlée parce qu’elle est un peu sale…

Bref. On a pris des mesures strictes cette année. Le premier qu'on voit boire son champagne dans un gobelet en plastique, on le fait dégager ! Haha ! Mais non enfin ! Vous pensez bien qu'on ne boit pas sa coupette dans du plastoc ! Vous avez cru qu'on était à la Fête de l'Huma ou quoi ?

Cela dit c’est tout nouveau pour nous ce truc l'écologie. Oui je sais vous nous en parler depuis longtemps mais nous on était concentrés sur d’autres dossiers... D'ailleurs vous connaissez vous, la photosynthèse ? C'est incroyable ce truc. En fait c'est les plantes qui font une sorte de capitalisme avec la lumière du soleil. 

On est en pleine prise de conscience. On a mis du temps parce que dans le fond les premiers touchés par le réchauffement climatique ce sont les pauvres, et comme on est incapable de faire disparaître les inégalités, on s’est dit on va faire disparaître les pauvres, c'est plus simple. Mais à un moment ça a commencé à se voir… Alors là parmi les 150 « projets phares » pour arranger un peu les choses, on a celui de planter mille milliards d’arbres : c’est beau… même si on ne sait où on va trouver l’eau pour les arroser.

Mais enfin cette année c'est promis, tout sera fait pour qu'on protège les ours blanc comme si c'était des actionnaires. Enfin dans la mesure du possible. Faudrait pas que le dérèglement climatique provoque un dérèglement du marché...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.