Bo Van Spilbeek est avec nous, Charline Vanhoenacker, votre compatriote, a également une question à vous poser…

Bonjour Bo, moi aussi, je vous trouve très courageuse. Mais pas tellement à cause du regard des autres. Non. Pour d’autres raisons. Alors je ne vais pas y aller par quatre chemins : Bo, vous voulez gagner moins d'argent, c’est ça ? Vous voulez qu’on rabote votre salaire, vous voulez toucher le plafond de verre ou quoi ? Vous savez que vous prenez le risque d’être harcelée par un supérieur ? D’être sifflée dans la rue ? Vous frisez l’inconscience, ma parole !... Voilà pourquoi vous êtes un modèle pour nous tous et toutes aujourd’hui.

En Belgique, votre transition est passée comme une lettre à la poste. Qu’en serait-il en France, d’autant que vous êtes très exposée à la télévision ? Ici… déjà si Laurent Delahousse change de coupe de cheveux, des gens seront choqués.

Mais plus concrètement, on a appris ce week-end que les chaînes d’info CNEWS et BFM se tiraient la bourre pour recruter Eric Zemmour. Ca c’est bien la preuve que les Français se foutent pas mal du sexe des journalistes : l’atout principal si on veut travailler sur ces chaines d’info, ce n'est pas d’être de genre masculin ou de genre féminin,… c’est plutôt d'être du genre raciste.

Attention, nous, les Belges, nous faisons aussi notre autocritique : ce qu’il y aurait de plus choquant en Belgique, c’est qu’un journaliste flamand décide de devenir un journaliste wallon. Imaginez : « Ca faisait 30 ans que je me sentais wallon dans un corps de flamand, j’ai décidé de franchir le pas »… Personne n’imagine un journaliste de la télé flamande passer soudainement sur la RTBF et réciproquement. Sauf moi, peut-être… Bo Van Spilbeek, il ne vous aura pas échappé que je suis francophone, avec un nom flamand… Bref, je suis les deux : moitié wallonne, moitié flamande. Mais bon, en me voyant, il ne vous aura pas échappé que je suis métis.

En France, les journalistes aussi osent certaines transitions spectaculaires, la plus fréquente étant de passer du journalisme à la politique. Rendons hommage aux courageux pionniers et pionnières qui permettent à tous ceux qui passent le pas aujourd’hui de le faire de manière tout-à-fait décomplexée. (Bisous à Bernard Guetta).

Ce qui fait de vous un exemple enthousiasmant, c’est qu’on vous sent bien plus équilibrée psychologiquement que certains journalistes français dont je tairai le nom (car je ne veux pas avoir de problème avec Pascal Praud,… ni heurter Jean-Marc Morandini… et encore moins être en froid avec Elisabeth Lévy.)

Vous êtes un espoir pour toutes les personnes qui se sentent mal dans le genre qui leur a été assigné. Car vous prouvez qu'on peut changer de sexe tout en continuant à faire de la télé. Et cela, sans pour autant être obligée de participer à l'Eurovision.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.