Pour un candidat à la présidentielle aller à la rencontre de la chancelière, c'est comme le 501e parrainage...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.