Je vous livre mon analyse de cette journée électorale, parce qu’il me semble que certains éléments vous ont échappé. Par exemple : Marine le Pen parle de ce premier tour comme d’un « cru exceptionnel » : et c’est la première fois que le FN fait une référence directe… à l’alcoolisme de ses électeurs.

Revenons d’abord sur le dernier coup d’éclat à la veille du vote. Il est signé Louis Aliot, candidat FN à Perpignan. Ça peut surprendre que le compagnon de Marine le Pen traite une journaliste de « pute » dans un SMS. Mais c’est sa façon à lui d’être tendre en privé, voilà tout. Et les électeurs de Perpignan semblent l’avoir compris en ce sens, puisqu’ils l’ont porté en tête au premier tour.

Affiche élections municipales 2014
Affiche élections municipales 2014 © Charline Vanhoenacker

Passons au scrutin à Paris. Bernadette a été contrainte de séquestrer Jacques Chirac, persuadé qu’il est candidat. Et de toute façon, s’il s’était contenté d’aller voter, il aurait été capable de voter PS.

A Paris, les électeurs qui se sont abstenus témoignent : certains n’ont pas voulu sortir de chez eux à cause de la pollution. D’autres ont cru qu’ils ne pouvaient pas voter au premier tour parce qu’ils ont une plaque d’immatriculation avec un chiffre pair.

Près de Paris, à Levallois-Perret, la liste de Patrick Balkany a fait 120%. Vladimir Poutine a envoyé cette nuit un télégramme de félicitations. C’est mieux que le score du référendum en Crimée. Poutine aurait ajouté : « Avec un tel score, pourquoi ne songez-vous pas à annexer Paris ? »

A Neuilly, le scrutin a été fortement perturbé par des problèmes de vérification d’identité, mais nous avons obtenu confirmation que Nicolas et Carla Bismuth ont voté.

A Toul, petit incident lorsque Nadine Morano a crié à travers le bureau de vote : « C’est où qu’on vote pour Nicolas Sarkozy ? Je ne trouve pas son bulletin, ce scrutin est manipulé, ce sont des méthodes dignes de la Stasi. Et je m’y connais, j’ai de très bons amis qui sont déjà allés en vacances en Stasie, c’est une dictature. »

A Omissy, dans l’Aisne, le maire sortant, Jean-Michel Laurent, est décédé hier matin, le jour même du scrutin. Les électeurs FN hésitent à voter pour lui au second tour, ils attendent les consignes de Marine Le Pen.

Un élément positif dans cette grille de lecture ?

Je dois vous féliciter pour cette première dans l’histoire de la République : on a enfin trouvé une solution pour que les jeunes s’intéressent à la politique, au bien commun, et faire en sorte qu’ils aillent voter : le Selfisoloir !

L’autoportrait dans l’isoloir, réalisé avec son téléphone.

Et je comprends cet engouement. Gamin, on fait un selfie avec Mickey ; adolescent on fait un selfie avec M Pokora ; à 18 ans, ont fait un selfie dans l’isoloir. Car pour beaucoup de Français, c’est un moment rare dans une vie… Un territoire parfois inconnu. Une sensation… extrême !

Patrick Buisson, lui, déplore avoir raté son selfie : il s’est fait gauler par la présidente du bureau de vote … Il a tenté de dissimuler un Polaroïd dans son veston.

Enfin, un mot sur le tour tragique que prennent ces élections : comment faire barrage au bas du front… national ? Puisque la gauche et la droite peinent à créer un Front républicain, je ne vois qu’une solution : créer un Frongicide. Je vous rappelle la définition d’un frongicide : « une substance conçue exclusivement pour éliminer les champignons parasites… Et en plus s’il est bio, on aura les Verts avec nous !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.