Nous avons la chance d’avoir en studio « Imminence », la vache star du salon de l’agriculture cette année…

Sortez-moi de là Ali ! Je suis exposée au salon comme un bibelot depuis 48h et je suis déjà en dépression ! J’ai le lait qui tourne. Je suis plantée là, Hall 4, une sorte d’immense open-space ! Non mais l’open-space il aurait d’abord fallu le teste sur les rats.

Pourtant on nous bichonne toute la journée, comme dans un concours canin. A part que les chihuahuas ne finissent pas en saucisse à l'arrivée ! Ne faites pas l’innocent, vous le savez très bien ! Regardez en face de moi la présidente de la FNSEA, il n’est même pas 8 heures du mat et elle salive déjà ! Faut pas me prendre pour une pintade.

Le seul intérêt c’est de croiser le président de la République… Je ne l'ai pas aperçu tout de suite, mais de loin, avec tout le vacarme, je pensais que c'était Karine Lemarchand qui arrivait ! Il a encore des fans Macron, même parmi les animaux : par exemple y’a ma cousine Marguerite, une bleue du Nord comme moi, elle est folle de lui. Bon faut dire qu'elle est complètement accroc au glyphosate, alors elle n'a plus toute sa tête !

Macron a passé 14 heures au salon… 14 heures ! Quand il est ressorti il avait pris 4 kilos ! A la fin il était tellement crevé qu’il a passé plus de 45 minutes à parler fiscalité… avec un cochon noir de Bigorre… Il a battu son record de l'année dernière qui était de 11 heures. A chaque édition il reste un peu plus longtemps. Pour la dernière année de son quinquennat il faudra qu'il pense à prendre son pyjama. Il était à l'aise. Un peu comme un lapin qui trouve un abri pendant la saison de la chasse. Il a bien pris le temps de s'intéresser à chaque animal qu'il croisait. Il a nié les poussins, ça doit être à cause de la couleur…

D’habitude je regarde passer les trains. Ben là je regarde passer les arrière-trains… Notamment ceux des politiques, tous les mêmes :

ils te font les yeux doux, un petit sourire enjôleur et puis vas-y que j’te tripote la couenne ! Au moins du temps de Jacques Chirac on savait vivre ! Ca picolait, ça dévorait, ça rigolait ! Aujourd'hui on se croirait dans l'amphi d'une école de commerce ! Bientôt ils vont nous parler de « Steak strategy », ils vont benchmarker le lait demi-écrémé et puis disrupter en open source le marché de la rillette. Faut se calmer avec ça !

Enfin, comme chaque année, le président est reparti avec son petit cadeau. Cette fois-ci les agriculteurs lui ont offert un chevreau... Pauvre petit animal,… C’était ça ou finir en méchoui à un rond-point...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.