des milliers de jeunes manifestent contre le front national
des milliers de jeunes manifestent contre le front national © reuters

Le Front national a donc échoué à former un groupe parlementaire européen avec des députés de 7 pays différents… Evidemment ! Vous êtes marrants vous, de demander à Marine Le Pen de s’entendre avec des étrangers. Je ne suis pas étonnée, tous les signes d’un revers étaient là : on demande à Marine Le Pen de jouer au jeu des Sept familles alors que dans la sienne, elle a tué le père.

Sur le papier, ça paraissait simple : la cheffe du Front national était devenue numéro 1 en France, grâce à la force de son coup droit le long de la ligne. C’était oublier qu’elle peut avoir un très joli revers. Mais ça, elle ne le sort que lors des compétitions internationales.

Donc, à ce stade, si je résume : un parti anti-européen a été élu aux élections européennes. Mais il n'aura aucun pouvoir au Parlement Européen ? Et après on se demande pourquoi les Français ne comprennent rien à l'Europe.

Pour être certains de cerner le concept, je peux formuler autrement : « Marine Le Pen n'a pas réussi à créer un groupe cohérent au Parlement Européen. C'est assez cohérent avec son programme anti-européen. »

Conséquence de cet échec à former un groupe : le FN n'aura pas de bureau à Strasbourg. Je les vois bien s'installer dans une caravane. Ils trouveront sans mal un camp rom qui se fera un plaisir de les accueillir.

Autre conséquence, sans ce groupe parlementaire, Marine Le Pen ne pourra pas bénéficier d’une large visibilité. Heureusement pour elle, la visibilité, ça, les médias français s’en chargent depuis des années, en lui offrant une large couverture médiatique.

Le FN qui ne trouve pas d’entente avec ses petits camarades extrémistes, la faute à qui ? A Jean-Marie et ses propos sur « Monseigneur Ebola » ou « la fournée ». Une preuve de plus que dédiaboliser le FN, c’est aussi compliqué que de faire des dreadlocks à un skinhead.

Car je rappelle que cet échec du FN à l’Europe arrive sur fond de crise familiale… Et dans cette gué-guerre père-fille, on sent très bien la gêne ? C’est même une gégène ! Et, c’est bien connu, là où y a de la gégène, y’a pas de plaisir.

Pour Marine Le Pen, faire une vanne « à connotation antisémite », c’est « une faute politique ». On aurait pu penser que c’était une faute « morale », mais non, c’est politique : donc l’honneur est sauf, comme le président d’honneur du FN.

C’est dur de tuer le père quand celui-ci est increvable. Et depuis Star Wars, on sait que c’est encore moins facile quand son papa est du côté obscur… Il a d’ailleurs déclaré, je le cite : « Si je les emmerde, ils n’ont qu’à me tuer, je ne me suiciderai pas » Pourtant, il y a de grands personnages de l’Histoire qui l’ont fait. Hitler, par exemple…

Si on revient aux racines du conflit, oui, Jean-Marie regrette qu’à ce merveilleux bal à Vienne en 2012, il n’y ait eu qu’un petit tour de valse entre sa fille Marine et Martin Graf, négationniste autrichien. Ce type a quand même plus de classe que ce Louis Aliot, même pas foutu de remporter la mairie de Perpignan.

En conclusion, voilà comment le prétendu « premier parti de France » se retrouve dernier parti d’Europe. On peut donc considérer que le FN n’est qu’un détail de l’histoire.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.