Seize chefs d’Etat européens se sont réunis hier à Bruxelles pour un « mini-sommet » sur la crise migratoire… En Europe, quand on a un énorme problème, on organise un mini-sommet. En langage diplomatique, ça veut dire un sommet « informel », « improvisé »…

Bref, une petite réu’ à la bonne franquette. Parce qu’on voit bien aujourd'hui que l'Europe a beaucoup de mal à se répartir les réfugiés... C'est d'ailleurs tout ce qui fait la différence entre les réfugiés et les capitaux…

Donc, hier à Bruxelles, l’ambiance était d’abord détendue… Merkel à demandé à Macron : « Ca va ? Ca avance les travaux de ta piscine ? » et entre dirigeants européens, on se faisait des petites blagues : « Et toi, pour venir à Bruxelles… t’es passé par l’Espagne ? », « Eh Michel, ferme la porte, ça fait un appel d’air ! »… (C’est de la blague diplomatique… Il y a que Bernard Guetta que ça amuse vraiment…)

Le mini-sommet était destiné à préparer le grand sommet de jeudi et vendredi… 

Et Macron, il s’est dit : « Ben tiens, et si j’organisais un pré-mini-sommet en invitant la veille le nouveau premier ministre espagnol ? » Ils se sont vus samedi. Et il faut en profiter tant qu'on peut encore négocier avec l'Espagne, parce que quand Manuel Valls sera leur chef d'Etat, ça sera moins évident.

Donc hier, à Bruxelles, l’ambiance était détendue, sauf que le ton est monté entre Macron et Salvini (le ministre de l’Intérieur italien), qui a déclaré que Macron était « arrogant ». Comme quoi, on peut être raciste ET perspicace. Donc hier ça a gueulé, pour emmerder Salvini, Macron lui aurait dit : « Oui je mets de la crème fraiche dans mes carbonarra, et alors ? », comme l’autre s’en foutait, il s’est fait traiter de lépreux. (A côté de Salvini, Gérard Collomb, c’est Chantal Goya !)

Emmanuel Macron a affirmé que la France « n’a de leçons à recevoir de personne » … Euh, alors si Manu : une petite leçon de géographie peut-être… sur… « entre la France et l’Espagne » quel est le port le plus proche de l’Italie ?

La pauvre Merkel a du essayer d'arrondir les angles, calmer les tensions entre voisins....

Angela c'est un peu la Julien Courbet de l'Union Européenne. Mais après tout, ces dissensions, qui dit que ce n’est pas la solution ? Si on se fait la guerre entre nous au sujet de l'accueil des migrants, ils repartiront d'eux-mêmes... Si c’est pour retrouver la même situation qu’il y a chez eux, ils préfèreront y rester !

En gros, on peut dire qu’hier, avait lieu la réunion des pays qui ne savent pas quoi faire des migrants... Parce que si la Pologne, la Hongrie ou la République Tchèque ne participent pas, c’est parce que de leur côté, ils sont déjà tous tombés d’accord pour couler les bateaux...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.