Le New York Times a expurgé le dessin de presse de son journal, et viré les dessinateurs, au prétexte d’une seule caricature jugée mal à propos…

Alors aujourd’hui, je ne sais pas si « on ne peut plus rien dire », mais en tout cas au New York Times, on peut plus rien dessiner. En pleine prolifération des fachos, on canarde le dessin de presse, le seul truc qui faisait l’effet d’un coup de poing dans la conscience…Bon, peut-être pas autant qu’un édito de Christophe Barbier, mais ça se joue à pas grand-chose.

Fallait s'y attendre que ça allait se passer comme ça aux Etats Unis... Leur Président est déjà une caricature, c'est normal que les dessinateurs perdent leur boulot. Les caricatures sont déjà partout autour de nous : on a des caricatures d'hommes politiques, d’extrémistes religieux, on a des pastiches de dictateurs coréens coiffés en brosse, regardez même la météo en ce moment… c’est une blague ! On a aussi des caricatures d'animateurs télé réacs (bon là j’ai de nom qui vient tout de suite…) mais y’a aussi des caricatures d'humoristes bien-pensants de gauche (là j’ai les noms...)

On vit tous dans un hors-série de Charlie Hebdo en fait ! Donc y’a plus de boulot pour les dessinateurs. Une caricature de Pascal Praud, on appelle ça un pléonasme ! (Ah ça y est, j’ai retrouvé le nom de l’animateur réac…)

Franchement, est-ce qu'on a besoin de caricature dans un monde où les vaches ont des hublots ? C’est foutu pour le dessin satirique ! On peut se creuser les méninges pendant des heures, on ne trouvera jamais de blagues plus absurdes que le parcours politique de Manuel Valls...

Et ça la fout mal, parce qu’un journal sans caricature, ça ne ressemble à rien. Regardez « Les Echos », si t’enlèves toutes les caricatures sur la fonction publique ou sur la dette, il reste quoi ? Hein mon Domi ? Une feuille A4 ? Et tu perds ton boulot, toi aussi… Je me permets Domi, parce que toi, t’as du recul. Si maintenant on a tellement peur d’être offensé, ça veut peut-être dire qu’on est arrivé au plus haut stade narcissique de notre civilisation : donc on va tous crever du réchauffement climatique, mais en faisant un selfie.

Alors que la caricature, c’est un vent frais… A la télé c’est pareil, parfois, l’humoriste c’est le seul truc intelligent qui sauve le programme… C’est Alex Vizorek quand il fait de la télé !

En conclusion, crayonner librement, c’est pouvoir penser tranquillement… Si les journaux se censurent eux mêmes les dictateurs vont s’ennuyer.

Après, on dit que la situation est critique pour les dessinateurs mais j’essaye de relativiser. Ok, aujourd'hui, ils se font virer mais en 2015 ils se faisaient tuer... Alors là, y'a du mieux, ça il faut le reconnaître…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.