Pôle emploi propose aux chômeurs de trouver un emploi qualifié en République tchèque.

Un accord avec l’ambassade de France débouche sur ce dispositif baptisé « Tchèque emploi »…

C’est brillant n’est-ce pas ? Attendez, j’ai le slogan qui va avec : 

Amis tchèques, vous aimez nos vins et nos fromages, mais attendez un peu d'avoir goûté à nos chômeurs ! 

J’ai mis la main sur la lettre du premier candidat arrivé à Prague. Voici la lettre de Kevin, 25 ans.

« Chère maman, cher papa, je vous écris pour vous dire que je suis en bonne santé et que je mange bien : ici aussi, ils ont aussi des McDo et des livreurs de pizzas. Je ne regrette pas mon choix. A défaut de devenir auto-entrepreneur en France, je me suis auto-délocalisé en Tchéquie. Toutefois, j’aurais du éviter de partir en trottinette électrique : j’ai mis 72 heures pour arriver à Prague. Si j’avais pris un car Macron, avec changement à Cologne pour emprunter un car Merkel, le trajet n’aurait duré que 18h… J’ai eu le temps de me faire à l’idée que la France, quand tu es chômeur, si tu l’aimes, tu la quittes !

Je suis parti pile le jour où le Président a dit à tout le monde qu’il y avait du travail partout en France et qu’il suffisait de traverser la rue pour en trouver. Elle est quand même large la rue quand tu pars chercher du boulot en Tchéquie. Moi j’ai traversé la Ruhr pour trouver du boulot… En revanche, je me dois de vous prévenir, ici non plus ils ne cherchent pas beaucoup d’horticulteurs.

Moi c’est quand j’ai vu que Manuel Valls lui aussi cherchait un job à l’étranger, que je me suis lancé… C’est un peu bizarre de se sentir soudain dans la peau d’un migrant économique, surtout qu’ici ils t’accueillent bien ! Mais quand j'ai un peu le mal du pays, je regarde sur Internet des replays de Motus ou du télé-achat pour me remémorer la France.

Ici, le salaire moyen tourne autour de 1.150 euros. Moi je suis à peine payé au Smic, mais comme ici la vie est « 40% moins chère qu’en France », elle est donc 80% moins chère qu’à Paris : résultat je me sens carrément moins pauvre, et c’est cool. Avec mes 1.080 euros, j'ai l'impression d'être le Bernard Arnault tchèque. C'est comme si je vivais dans un magasin Lidl géant. Si on m'avait dit un jour que le bonheur était à portée de la main, comme ça, à tout juste 1600 kms de chez moi, sans que je me doute de rien !

J'essaierai de venir pour Noël afin de passer du temps avec Véro et la petite. Ah, d'ailleurs le conseiller Pôle Emploi de Véro lui a parlé d'un poste de comptable au Canada. Il se peut qu'on doive vous laisser la petite pendant quelques... années. J'espère que ça ne vous dérange pas.

Chère maman, cher papa, vous me manquez. Mais j'ai espoir que bientôt vous puissiez me rejoindre. Il y a un bruit qui court à l'ambassade comme quoi bientôt la République Tchèque va aussi récupérer les retraités français".

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.