Je note qu’après 10 minutes d’analyse par Nathalie Schuck et Alex Taylor, c’est à moi que revient la lourde tâche de conclure les enseignements du scrutin… Allons-y…

vers une abstention record au premier tour des municipales
vers une abstention record au premier tour des municipales © reuters

Une participation en hausse de 2 points par rapport au dernier scrutin en 2009, 35% de votants. Ah ben voilà, on progresse ! Dans 40 ans, la France peut espérer 50% d’électeurs aux européennes.

Pour se consoler, le pays enregistre néanmoins un excellent taux de mobilisation dans les barbecues: 48% de participation grâce à une météo clémente. Et jusqu’à 56% de participants aux barbecues agrémentés d’un cubi de rosé. Moi je dis, organisons un barbecue dans les bureaux de vote… Et plaçons un cubi dans chaque isoloir.

Parce que 35% de votants, c’est pas terrible. Je veux bien que la France prétende être un moteur de l’Europe, mais si vous faites le plein à seulement un tiers du réservoir, on n’ira pas très loin… Surtout qu’il faut en tirer 27 autres derrière.

Pourtant, les solutions sont à portée de main : à Paris, le taux de participation aurait pu grimper en flèche en installant un bureau de vote à Roland Garros. Hier, on faisait la file porte d’Auteuil !

Ou alors, pour déplacer les foules, on aurait pu organiser un ou deux autres scrutins en même temps que les européennes : celui pour sélectionner les Bleus qui partent au Brésil et le vote pour désigner le gagnant de The Voice. Comme ça le même jour dans le même bureau, on pourrait voter pour Benzema, Jean-François Copé et Kevin pour sa reprise de Jean Ferrat au Ukulélé. Les trois scrutins en même temps, c’est peut-être ça le vote utile.

Là, on explose le record de participation. Surtout si on colle Adriana Karembeu comme présidente du bureau de vote. (Faut juste pas se gourer d’endroit pour glisser son bulletin. Dans le décolleté, le vote est considéré comme nul.

Petit message aux abstentionnistes, tiens… Vouloir faire entendre sa voix en n’allant pas voter, c’est comme manifester tout seul, debout, au milieu de son salon… Moi j’ai encore jamais vu personne envoyer un « signal fort » depuis son canapé…

Sur les résultats, je dois avouer que je n’ai pas eu le courage d’attendre 23 heures et la fermeture des bureaux de vote en Italie pour connaître les résultats de façon exhaustive. Mais qu’est-ce qu’ils foutent de leur journée les Italiens, pour aller voter à 22h45 ? La Vespa ne démarre plus, faut pousser ?

En Belgique, on ferme toujours les bureaux de vote à 13 heures. Ici exceptionnellement 14 heures, comme ça après, on peut aller se mettre une grosse tamponne au repas chez mémé et on n’en parle plus ! En France, vu le score du FN, vous allez voter après la tamponne chez mémé. Boire ou voter il faut choisir.

Et puis question analyse, je ne pouvais pas rivaliser avec ces belles soirées débats à la télé. Des soirées si éclairantes, avec les vraies préoccupations des Français vis-à-vis de l’Europe,comme l’immigration, et aussi l’immigration ou encore… l’immigration. Il manquait juste un duplex avec le commentaire des résultats par Leonarda et ça aurait été parfait.

Alors, si, une remarque tout de même sur les résultats. Avec la montée des extrêmes, les éditorialistes français pointent une montée du racisme, et du rejet de l’autre partout en Europe. Mais pas en France. Non, en France, la montée du FN, c’est « le malaise social ». Mais bien sûr, ça ne peut être que ça : au Pays des Lumières, les électeurs sont forcément plus éclairés…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.