Privés de réunions publiques, des politiques ont confié leur blues au « Parisien / Aujourd’hui en France ». Témoignage d’une députée du Nord…

Vous l’avez lu aussi cet article ? Je vous cite le début : « Janvier s'est drapé d'une impénétrable chape de gris. Et les politiques, eux, couvent un sacré blues ». C'est beau non ? On dirait du Bruno Le Maire. Et en effet, moi je suis au bout du roule, Nicolas, au fond du trou. Pour la première fois, c’est pas mes électeurs qui se demandent à quoi je sers, c’est moi-même ! Il y a une véritable détresse dans la classe politique dont il faut parler. On est à deux doigts de créer un numéro vert. Pour nous-mêmes. Pour vous dire à quel point ça ne va pas, Gérard Larcher déprime tellement qu’il a perdu 300 grammes en un mois !

Si on ne va plus à la rencontre des Français, on va finir complètement déconnectés ! On a besoin que les gens nous expliquent leurs problèmes, qu'ils nous disent à quel point c'est difficile de joindre les deux bouts quand on gagne à peine 4.000 euros par mois !... Quoi ? C’est trop pour être pauvre 4000 euros ? Ah vous voyez ça commence ! Ah ben ça y est, je suis déjà totalement hors-sol, comme une tomate espagnole ! (Cette blague fonctionnait assez bien sur les marchés…)

Léa, vous le voyez bien que nous aussi, les politiques, on est en manque de contact humain ! Bah oui chez vous, y'a Bruno Retailleau qui vient gratter à la porte du studio deux fois par semaine, c'est un signe non ? 

Même me faire houspiller par mes concitoyens, ça me manque. On a envie de se faire engueuler par d'autres gens que François Ruffin et Jean-Luc Mélenchon ! Et puis on n’est plus du tout audibles. Si on a des idées, dans ce contexte, impossible de les faire passer. Alors bon, heureusement,… on a bien anticipé, donc actuellement, on n’a pas d'idées. Mais si on en avait ce serait bien embêtant !

Et puis ces visioconférences, quelle déprime ! Moi je ne fais pas de la politique pour passer deux heures avec le visage de Christian Jacob en plein écran. Mon métier c'est pas de m'infliger le spectacle d'Eric Ciotti en pyjama. Personne ne mérite ça. On est tellement en manque de contact humain que Marine Le Pen va finir par répondre à la convocation des juges. On en est là ! 

Mais déjà moi, rien qu’à Noël, on était six à table, alors à la fin du repas, je me suis un peu emballée : j’ai fait un discours sur la résilience du modèle économique européen. Ca m'a fait un bien fou ! Mais mon fils m’a dit que j’avais gâché la fête. Tout ça a des répercutions dans ma vie privée. Je suis tellement en manque de faire mon métier que c'est à ma fille que je fais des promesses impossibles : je lui ai dit que j'avais invité Rihanna à la maison pour un concert privé le jour de son anniversaire. Bah oui je sais c'est salaud, mais j'ai besoin d'évacuer !

L'équipe
Thèmes associés