Nous sommes au lendemain de la veille, on va pouvoir analyser un peu plus froidement la situation : la France a quand même bien foutu l’Europe dans le Pétain. Elle n’est pas la seule. Mais avant, l’axe Paris-Berlin formait le moteur de l’Union.

les européennes marquées par la victoire du fn en france
les européennes marquées par la victoire du fn en france © reuters

Aujourd’hui nous sommes dans l’axe des extrémistes, l’axe Paris-Londres-Copenhague qui forme le frein à main de l’Union. Heureusement que les Finlandais et les Slovaques sauvent l’honneur, avec un faible score des populistes. L’axe Finlande et Slovaquie qui formaient l’allume cigare de l’Europe. Si on arrive à jour à redémarrer un moteur à partir d’un allume-cigare, tout ne sera pas perdu.

Alors hier matin, « réunion de crise à l’Elysée » … Euh… Ôtez moi d’un doute, avant, c’était aussi la crise ? Ou bien quand les ministres étaient convoqués, c’était pour faire des réunions Tupperware ? Après le changement (qui était maintenant), on a eu droit au retournement (qui arrivait après) et nous voici en plein tremblement : c’est plus une présidence, c’est une attraction de la Foire du Trône ! (Ca donne des haut-le-cœur…).

Mais, l’électeur français est censé être éclairé, il y a donc sûrement une explication positive à la victoire du Front National. C’est simple: vous avez envoyé 24 députés FN à Bruxelles… pour vous en débarrasser.

Et bien là, je suis enfin d’accord avec eux, ces élus d’extrême-droite : il faut fermer les frontières. Oui, parce que nous, on ne veut pas de Marine Le Pen en Belgique. Voilà.

En voulant freiner l’Europe, en lui envoyant un gros contingent FN au parlement, on obtient l’effet inverse : on affaiblit considérablement l’influence de la France dans les instances européennes. Je pense que ceux qui ont votépour un parti qui est contre l’Europe (pour / contre ça s’annule), ce sont les mêmes qui achètent le guide « L'espagnol pour les nuls » quand ils partent en voyage en Italie.

Pour l’instant, Angela Merkel soutient François Hollande publiquement. Mais aujourd’hui, au sommet de Bruxelles, en privé, François va se prendre une torgnole. L’Allemagne -il faut la comprendre aussi-a mis plus de 60 ans à se débarrasser de l’extrême-droite, c’est pas pour l’inviter aujourd’hui à sa table !

Et je rappelle qu’un plan secret de Marine Le Pen, c’est de faire passer la saucisse de Toulouse avant la saucisse de Francfort.

Quand je pense que nos mamys comptaient encore en anciens francs quand on est passés à l’euro, imaginez leur tête quand on va leur expliquer qu’on va compter en ex-nouveaux francs mais que c’étaient pas les anciens.

Pour résumer la situation qui attend Hollande et Merkel aujourd’hui : avec l’Allemagne et la France, l’Europe, c’était comme un avion bimoteur. Et dimanche, le moteur de gauche, le français, il s’est pris un vol de corbeaux dans la turbine en plein vol. L’avion est en chute libre, et en même temps les 28 passagers sont seulement en train de chercher le pilote.

Voilà donc comment le FN a mis l’Europe dans le Pétain. Vous le voyez, c’est désormais prouvé : Marine Le Pen, c’est le parangon de l’extrême-droite, puisqu’en plus, elle est extrêmement adroite.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.