Le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume, demande aux Français disponibles de rejoindre « la grande armée de l’agriculture »…

Et voilà. T'es tranquille sur ton canapé et on te demande d'aller te mettre à quatre pattes dans la boue. SALETÉ DE GUERRE ! L'opération s'appelle : « Des bras pour ton assiette », et rappelle la précédente campagne qui disait : « Ne mets pas les coudes sur la table, tu t’es mouché dedans ». Et donc, les Français sans activité sont invités à aller prêter main forte aux agriculteurs parce que dans les grosses exploitations, la main d’œuvre n’est plus disponible. Donc à cause du Coronavirus, ce sont les Français qui volent le boulot des travailleurs immigrés ! Vous mesurez le chamboulement de société ? Du paléolithique à aujourd’hui, en 100.000 ans, on est passé du chasseur-cueilleur au chômeur-cueilleur.

Et il y a déjà 40.000 volontaires inscrits. C'est énorme. On sent que les Français sont prêts à tout pour sortir de chez eux. D’ailleurs dans les foyers on se dispute tous les soirs pour savoir qui aura le privilège de sortir la poubelle.

Alors qui va aller travailler dans les champs ? Ben déjà les Parisiens qui s'ennuient depuis qu'ils ont quitté la capitale : « Allez les enfants, aujourd'hui on va à la ferme pour voir les animaux et on va aider les paysans à cueillir les carottes sur les arbres… ça va être sensas ! Allez, tous dans la Xantia ! C'est aussi ça la start-up nation, une semaine t'es en visioconférence pour upgrader les process en open source… et la semaine d'après tu te retrouves à ramasser des patates et des navets ! »

Les agriculteurs vont se retrouver avec des milliers de stagiaires dans les pattes... On va devoir lancer des formations en ligne pour différencier le concombre de la courgette, mais est-ce qu'on va avoir le temps pour tout ça ? C'est pas facile à suivre cette injonction du « Restez chez vous » et en même temps « Allez bosser dans les champs ». On est à la fois dans le « Loft » et dans « l'Amour est dans le pré »… Il faut être « main dans la main avec les agriculteurs », mais sans les toucher… Mais bon, peut-être que le Covid-19 ne peut pas nous tuer si les pesticides s'en chargent avant… Avouez que le message du gouvernement n'est pas clair. Quand on écoute Sibeth N’Diaye on voit bien que c’est elle qui est aux fraises…

Alors je vais l’aider un peu, voici les consignes. Pour la santé économique du pays, n'oubliez pas de ramasser 500 fruits et légumes par jour. Quand on a passé la journée à ramasser des carottes, on est obligés de se laver les mains. (Et si dans deux semaines vous mangez une ratatouille qui a un arrière-goût de gel hydro-alcoolique vous saurez d’où ça vient.)

Mais attention aux novices… ne venez pas vous faire un tour de rein en ramassant des asperges, c’est pas le moment de se retrouver à l’hôpital !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.