L'immeuble du CSA
L'immeuble du CSA © CC h de c

Je suis rassurée ce matin, parce que le Conseil supérieur de l’audiovisuel a un joli projet en préparation, et ça a le mérite d’être souligné. Parce qu’on connaît tous le CSA pour ses mises en gardes, ou ses sanctions. C’est le gendarme de l’audiovisuel, et d’ailleurs, pour y être nommé, vous devez passer un test : il faut être capable de taper à l’ordinateur avec deux doigts, entre autres compétences…

C’est plutôt rassurant, ça prouve qu’il ne suffit pas d’être pote avec le Président de la République : certains ont été recalés suite au test de la dactylographie à deux doigts. Ils avaient démarré l’entretien en demandant où était la machine à écrire.

Enfin bref, le président du CSA, lui, a réussi le test haut la main, puisqu’il est le président, Olivier Shrek.

- Ce n'est pas Shrek, c’est Olivier Schrameck !

Ah pardon, c’est vrai, l’autre c’est celui qui est tout vert. Bon, enfin, le contexte est posé. Et vous comprenez pourquoi c’est assez inattendu que le CSA ait un beau projet dans les tuyaux. Non, parce qu’en fait au CSA, ils ne sont pas toujours très très en phase avec l’ère du temps…

Rappelez-vous la dernière grosse polémique, sur le clip vidéo du groupe Indochine, jugé ultra-violent. Les sages avaient demandé à ce qu’il ne soit pas diffusé à la télévision… Il a fallu que quelqu’un leur explique que les clips vidéo, ça ne se regarde plus vraiment à la télévision…

Il a fallu leur annoncer avec des gants, c’est comme dans « Hibernatus », vous voyez, il ne faut pas créer un choc trop violent, brusquer la personne avec une nouvelle trop fracassante.

Bon, j’en reviens au fameux projet donc ! C’est étonnant, attention : l’idée vient de l’une des sages, Christine Kelly. Elle propose la création d’un grand musée des médias, consacré à la presse, à la radio et à la… télévision. C’est très malin, puisque ça ne coûtera pas un balle au contribuable : la télé française, c’est déjà un musée !

Michel Drucker, Des chiffres et des Lettres, Thalassa ! Le concept existe déjà : ça s’appelle les journées du patrimoine à France Télévisions…

D’accord, j’exagère un peu. C’est vrai qu’il va falloir trouver à remplir ce musée, on est dans une ère médiatique moderne, c’est pas comme si Elkabbach faisait toujours de la radio ou si Jean Daniel écrivait toujours dans leNouvel Obs !

- Mais c’est le cas, ils exercent toujours…

Ah mais alors je comprends mieux ! Parce que Christine Kelly explique que le musée doit « matérialiser l’exception culturelle française »…

Tout s’éclaire, y’a une logique. La sage du CSA ajoute que ce sera un lieu où les jeunes pourront « toucher des micros et des caméras », parce qu’il y a une compétence française dans le milieu et il faut la développer. J’irais même plus loin : quand je vois certaines émissions comme Secret Story, je pense que ce sont les jeunes qui se touchent avec des micros et des caméras…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.