Charline Vanhoenacker… Vous nous apportez un témoignage rare, celui d’un objet en souffrance… Il s’agit de la parka rouge de Laurent Wauquiez, qui s’exprime pour la première fois…

Bonjour, oui, je peux enfin m’exprimer parce que c’est printemps, il fait chaud et, enfin, ça y est, je suis actuellement au pressing ! Oh que c’est bon ! Depuis que l’autre asperge du Puy-en-Velay m’a déposée au nettoyage, j’en suis enfin débarrassée pour six mois… Et j’espère secrètement qu’il va oublier de venir me chercher… Je rêve qu’il perde le ticket et que la gérante du pressing soit de gauche ! « Non monsieur, pas de ticket, pas de parka » ! Je serais remisée aux vêtements non réclamés, et avec un peu de chance à l’automne prochain, je me retrouve sur les épaules d’un migrant ! La tête de Wauquiez ! Je tiendrais ma revanche ! Vous n'imaginez pas à quel point c'est culpabilisant de tenir chaud à quelqu'un qui est capable de laisser des gens crever de froid !

Oui, j’ai conscience qu’en vous confiant le fond de ma pensée, je sors du placard !

Mais depuis qu’il m’enfile à chaque fois qu’il fait campagne, moi j’ai une réputation de merde ! Je suis censée lui donner un petit air « campagnard des classes moyennes », mais le type a grandi dans le 7è arrondissement de Paris ! Et puis vas-y qu’il me retourne sans arrêt, mais j’suis une parka moi, j’suis pas une crêpe !

Alors on se moque de moi, et je sens bien qu’on me déteste ! Pour vous dire à quel point je suis détestée, hier, Catherine Barma m’a appelée pour me demander de remplacer Yann Moix chez Laurent Ruquier la saison prochaine !

Ca fait rire mes collègues de boulot : le duffelcoat de Retailleau… la veste matelassée de Balkany… Il arrive qu’on discute autour du porte-manteau… ils comprennent mon mal-être, mais ils me disent : « Eh, tu voudrais pas une doublure ? hahaha »… vous pouvez pas comprendre, c’est de l’humour de vestiaire. Alors on me compare à Virginie Calmels… parce qu’elle aussi elle a Wauquiez sur le dos toute la journée ! haha très drôle…

Parka rouge de Wauquiez, c’est un destin que je ne souhaite à personne

Je crois que j'aurais préféré être le plan banlieues de Borloo tiens... Ou un vœux sur Parcoursup, ou… ou le sèche-cheveux d'Eric Ciotti !... ça va, lui il frôle pas la surchauffe.

Avec Wauquiez, même quand je sors du pressing, je me sens sale… Parfois j’ai envie qu’il se coince une couille dans ma fermeture éclair !

Le pire c’est qu’il croit que je lui porte bonheur ! MAIS AU SECOURS ! J’ai envie de lui dire « arrête de lire les sondages à l’envers ! »

Enfin, ça pourrait être pire, j’aurais pu être une doudoune bleue, de celles qui réchauffent les miches des identitaires. Là je préférais encore finir pendue à un cintre.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.