Ce matin, Charline propose une adaptation du poème de Paul Eluard, écrit en 1941

Sur la vitre en plexiglas

Sur les flèches collées au sol

Sur le drone qui nous survole

J’écris ton nom

Sur le sable dynamique

Sur les déserts médicaux

Et sur les vents de panique

J’écris ton nom

Sur les arbres des parcs fermés

Sur la carte en rouge et vert

Sur l’autel de la croissance

J’écris ton nom

Sur le silence des tribunes

Sur les sièges vides des théâtres

Et sur la selle de mon tigre

J’écris ton nom

Sur l’écaille d’un pangolin

Sur la barbe d’Edouard Philippe

Sur les motifs impérieux

J’écris ton nom

Sur la paye de la caissière

Sur les cernes de l’infirmier

Et sur le revers de la médaille

J’écris ton nom

Sur l’écran de ma tablette

Sur ma tablette de chloroquine

Sur un masque jeté au sol

J’écris ton nom

Sur un bandeau BFM

Sur l’urne des municipales

Sur le CV d’Agnès Buzyn

J’écris ton nom

Sur la transparence politique

Sur les urgences en tension

Et sur l’attestation de sortie

J’écris ton nom

Sur la ligne 13 du métro

Sur une livre de gariguettes

Sur le retour de Roselyne Bachelot

J’écris ton nom

Sur les 100 kilomètres

Sur le ciel vide et sans avions

Sur la javel et Stop-Covid

J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot

J’entre dans le monde d’après

Et j’espère t’y recroiser

Pour te nommer

Liberté

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.