après une série de noyades, un syndicat de police réclame davantage de sauveteurs sur les plages
après une série de noyades, un syndicat de police réclame davantage de sauveteurs sur les plages © reuters

Vous avez vu les images de ces 5.000 enfants du Secours populaire qui sont allés pour la première fois à la mer, hier, à Cabourg ? Moi j’étais un peu inquiète parce que j’ai lu justement hier dans Libération qu’un cinquième de la population française ne sait pas nager, à cause du manque de piscines couvertes.

Ca m’a scié, moi qui croyait que les Français étaient des champions en natation, 20% de la population nage comme un fer à repasser ! L’article s’intitule : « Les Français coincés du bassin ».

Les amateurs de jeux de mots se régalent, ça fait plaisir de savoir que Jean Roucas a retrouvé un emploi et qu’un journal comme « Libé » offre du travail aux seniors.

Cet été, comme tous les étés, il y a eu plus d’une centaine de noyés sur le littoral Français (496 au total en 2011). Ca a été un sujet de préoccupation dans les médias, grosse remise en question : pourquoi tant de noyades en France, et si nous prenions exemple sur le Luxembourg qui n’a enregistré aucun accident de la sorte cette année ?

Bien sûr, il y a les dangers inhérents au littoral, mais aussi de la désobéissance. Les maîtres-nageurs hissent des pavillons sur les plages, pour signaler le danger alors si on n’en tient pas compte…

Si déjà le mauvais exemple a été donné au sommet de l’Etat, alors… que faire ?

Mais les noyades de cet été ne sont pas entièrement de la faute de Nicolas Sarkozy. Et « Libé » a trouvé des causes plus profondes : une défaillance dans l’apprentissage de la natation à l’école, par manque de bassins couverts, parce que c’est cher à l’entretien. Et les communes les plus pauvres ne peuvent pas se payer une piscine.

Donc, ce sont les pauvres qui se noient.

Maintenant je comprends pourquoi le Secours populaire a d’abord préféré envoyer les enfants défavorisés jouer du jembé avec Jean-Marc Ayrault. Enfin, là, on réalise à quel point les conséquences du manque de piscines est dramatique. Les gosses sont traumatisés mais enfin bon, ils sont sains et saufs !

- Donc si on résume, Nicolas Sarkozy provoque des noyades et Jean-Marc Ayrault vient sauver les enfants de la noyade ?

N’exagérons rien, hein, nous versons dans la caricature, là. Non mais c’est troublant de s’extasier pendant des heures à la télévision sur les grands champions de natation, et de constater que la France manque cruellement de bassins : 36.000 communes et seulement 1144 piscines. Enfin, 1145 si on compte celle de Takkiedine mais elle n’a qu’un seul abonné, Jean-François Copé.

Alors hier, j’étais à la fois heureuse et inquiète de voir ces 5.000 enfants du secours populaire à Cabourg pour voir la mer. Le secours populaire a finalement trouvé une solution en toute sécurité : avec Valérie Trierweiler, y’en a pas un qui a osé moufter. Obéissance assurée, sécurité garantie.

Mais quand savez que le moindre petit village du Lot dispose de son terrain de tennis, grâce à l’effet Roland Garros ou Yannick Noah. Et bien gageons que l’effet Manaudou, Agnel, et Lacour ne se ressente pas que dans la vente de sacs à mains et de montres de luxe, mais qu’il entraîne l’apparition de quelques piscines.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.