Ce matin en arrivant, Charline a dit à Nicolas : « Ne m’en veuillez pas, mais j’aimerais faire une mise au point ». De quoi s’agit-il ?

Vous me faites marrer avec toutes vos analyses sur la sortie de Hulot ! Qu’est-ce que j’ai pas entendu comme bêtises ! « Un camouflet pour Macron », « Un cri désespéré pour la planète », j’ai même entendu dire… « C’était un moment de grâce » ! Ah pardon, c’est vous, ça ? Au temps pour moi ! Donc, il est temps que je m’en mêle. Car ce n’est pas un sujet politique, ce n’est pas un sujet climatique. Moi j’ai bien écouté les membres de la majorité, qui s’expriment depuis hier… Et il s’agirait bien d’un problème psychiatrique. 

Ecoutez les membres de la majorité, (maintenant qu’ils ont reçu des instructions sur des petites fiches c’est limpide) : le type est formidablement sympathique, mais il était fragile. Et vu la manière dont il a claqué la porte, on a manifestement affaire à un déséquilibré ! Déjà quand il était gamin, le petit Hulot, il recollait les ailes des mouches. De toute façon pour démissionner en France en 2018, pardon mais faut être complètement timbré. Bah il suffisait de l’écouter mardi matin : « C’est une décision entre moi et moi »… dédoublement de la personnalité, schizophrénie, démence.

Et d’ailleurs, l’un des premiers signes de démence, c’est quand on n’écoute plus les conseils d’Alain Minc et de Jacques Attali ! C’était déjà compliqué pour En Marche de vérifier toutes les casseroles avant de nommer tous les ministres, alors si en plus il avait fallu faire un examen psychiatrique…

On a affaire à un gamin capricieux. C'est vrai quoi, vous avez vu tous les progrès écologiques qu'on a fait depuis 15 mois ? On s’évertue à relancer l'économie et lui il freine tout le monde avec le climat... Mais on avait envie de lui dire : « Arrête de nous saouler avec les abeilles. Si elles disparaissent, les abeilles, c'est parce qu'elles n'ont pas su adopter une stratégie d’upgrading de leur target assez ancrée dans le contexte économique actuel.

Et puis maintenant, il faut lui trouver un remplaçant !… Ca prend du temps, ça repousse l’agenda ! Avec ça on a encore été obligés de reporter le Plan pauvreté ! Gérald Darmanin l’a dit hier : « Faire de la politique, c’est être confronté au réel ». Et Darmanin il est bien en prise avec la réalité. Il est pas à la recherche d’un idéal, stratosphérisé par la quête d’un absolu du type « il faut sauver la planète ».

Pour faire de la politique, il faut être équilibré. Solide. Ministre de l’Ecologie c’est du taf, ça consiste pas à aller faire le beau en ULM pour aller caresser trois marmottes, on n’est pas dans Ushuaïa ici ! Et puis il serait temps que les animaux se prennent en main. Regardez l’ours blanc, ça passe sa journée à se prélasser pendant qu’on essaye de les sauver. Résultat, on crée de la dette ! Si les espèces en voie d'extinction favorisaient les échanges et mettaient en place une politique de teambuilding pour downgrader les situations impactantes sur leur écosystème, peut-être qu'on en serait pas là aujourd'hui.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.