Le Monopoly, jeu emblématique du capitalisme, cherche à se renouveler en devenant plus écolo, plus jeune et plus solidaire...

Le Monopoly solidaire, j’ai trouvé ça excellent ! C’est comme la « moralisation du capitalisme » ou la « croissance verte »… Oui parce que, dans cette nouvelle version, rassurez-vous, le but du jeu reste le même : ruiner ses adversaires à coups d’opérations immobilières. De toute façon tant que le petit personnage qui symbolise le jeu ressemblera à un banquier d’avant la crise 29, on ne sera pas dupes : ça restera « trop Monopoly pour être honnête ». Oui, sinon ils auraient déjà ajouté une case « optimisation fiscale » ! 

Vous voyez bien que ce jeu ne pas coller à l’époque, car elle est trop complexe : si on doit rédiger une attestation à chaque fois qu'on se déplace d'une case… déjà que c’est très long les parties de Monopoly. Et si en plus il faut laisser une distance de cinq cases entre deux pions… C’est injouable. 

Pour dépoussiérer le Monopoly, les internautes sont sollicités afin de choisir les nouvelles cartes. J'espère qu’ils seront moins casse-couilles que sur Twitter, sinon on va se retrouver avec des instructions du genre : « Vous avez voté Hidalgo, vous êtes bloqué sur le périph, passez trois tours en hurlant démission, bande de gauchiasses ! ». 

Les nouvelles cartes du Monopoly se veulent « positives et davantage adressées aux jeunes ». OK. Je suggère : « Votre demande de bourse a été acceptée par le CROUS, recevez 3 euros ». Profitez-en, le Monopoly ça reste le seul endroit où les jeunes ont une chance de devenir propriétaires. Et quand vous avez réussi à poser une petite maison, c’est la CARTE CHANCE : « Vous trouvez un locataire pour votre studio de 4 mètres carré. Recevez 5000 euros. » Ou encore « Vous avez accepté l’invitation à dîner du ministre de l’Intérieur, avancez d’une case où vous attend votre nouveau logement ». Moi j’y suis allée de mes propositions : j’ai rédigé des cartes… « Vous êtes soupçonné de conflit d'intérêt. Versez 2000 euros en frais d'avocat ou présentez une carte Ministre », « Vous rechargez des trottinettes électriques toutes les nuits, recevez deux euros » ou « Vous consommez de l’huile de palme, adoptez un orang-outang ». J’ai aussi inventé la carte « cancel culture » : « Vous avez visionné un film de Roman Polanski sur Netflix, rendez-vous à la case prison »… STOP ! J’ai la carte Les Républicains, je sors de prison et j’avance de trois cases grâce à mon bracelet électronique. 

Après, l’avantage à tirer d’une nouvelle version c’est qu’il est plus facile d’acheter les Champs-Elysées depuis que les Gilets jaunes ont fait baisser la valeur de 80%. Et enfin : « Vous êtes bloqué dans le Canal de Suez, l’économie mondiale s’écroule, la partie est finie. » 

De toute façon, vous savez quoi ? C’est toujours Dominique Seux qui gagne à la fin ! 

  • Légende du visuel principal: Charline Vanhoenacker © Radio France /
L'équipe