Cette semaine, il a été question du vapotage au cannabis, appelé aussi le « e-joint », vendu de façon tout-à-fait légale… Qu’est-ce que ça raconte de notre société ? Ca raconte qu’on n’est absolument pas cohérents !

Depuis deux mois, il est interdit de vapoter dans les bureaux partagés… Et cette semaine, on apprend qu’il est autorisé de vapoter du cannabis.

Comment se fait-ce ? Le e-joint ne contient pas de THC, la molécule qui rend stone. La cigarette électronique qui fait rire ne contient que du « CDB », qui n’a rien d’euphorisant mais qui a pour effet de vous rendre « détendu ». Alors relax, ne nous emballons pas. 

Et inspirons-nous de ce modèle pour créer le Ricard électronique, dans lequel on enlèverait la molécule qui rend con, et on garderait juste celle qui détend. 

Ce qui aurait permis à Renaud, au lieu de chanter « J’ai embrassé un flic », de chanter « J’ai embrassé un maître yogi ».

La possibilité d’injecter un peu de cannabis dans la cigratte électronique éclaire un mystère. On est au bord de la guerre nucléaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, et Bernard Guetta qui vapote, est hyper détendu… C’est l’arôme fraise banane sans doute ?

Vous me direz : « On ne connait pas exactement les effets à long terme de la molécule CBD ». Et je serais tentée de vous dire : « On ne connaît pas non plus exactement les effets à long terme de la politique d’Emmanuel Macron ».

Le vapotage de cannabis rompt avec tout un rituel

Rouler un pétard, c'est les feuilles à coller, le filtre à poser, bref, une forme d’artisanat. Ici, les consommateurs ressemblent à des types en blouses blanches qui tirent sur des tubes à essai... On vit dans un monde où même notre détente est électronique. Et là je pose cette question : étant donné que la cigarette électronique c’est de la clope sans fumée… Est-ce que vapoter, c’est simuler ? Un truc pareil ça aurait foutu en l’air tout le courant surréaliste. Magritte peignant une vapoteuse : « Ceci n’est pas une cigarette ». Ben ouais mon gars, t’as raison ! Tente ta chance dans une brocante.

Et la chanson de Deneuve et Gainsourg : « Dieu est un vapoteur de banane, je sens ses volutes caramel beurre salé »… C’est meilleur pour la santé mais culturellement on est très emmerdés, y compris avec le joint électronique.

Ca aura l’air de quoi les concerts de reggae, avec tous ces gens agglutinés autour des prises pour recharger leurs vapoteuses ? On perd le contact avec la nature, avec les plantes. Ici, le e-joint est rechargé à l’énergie nucléaire, le liquide il est vendu dans une fiole en plastique, avec des arômes artificiels. C'est la porte ouverte à la cocaïne en suppositoire.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.