2013 va mourir à ce monde qui l'a compressée en 365 jours pendant toute une année !

Elle va enfin pouvoir se déployer, prendre tout son temps et rejoindre la cohorte de ses sœurs dans l'éternité.

Ah ! Au passage, il y a un certain nombre de personnes pour qui l'éternité commence après la mort!?

Mais l'éternité n'a pas de commencement, elle ne peut pas commencer, elle est éternelle ! Ou alors je n'ai rien compris.

Attention au sens des mots, révisons notre vocabulaire, renouvelons notre écoute.

Vous êtes bien sur France Inter ; oh ouiii, on y est bien.

Cette année va perdre aussi son nom, "2013", aux rimes si riches, nombreuses et parfois chaudes, pour laisser place à sa suivante, l'année dite "quatorze", qui, tel le roi Louis du même nom, fera une entrée majestueuse dans 17 heures et prendra place sur le trône de la rime… orpheline.

Eh oui, il n'y a pas d'autres mots pour rimer avec quatorze. Ce qui va poser bien des problèmes aux journalistes, aux chroniqueurs et autres humoristes -vous verrez ça dès demain matin- pour vous souhaiter une belle année originalement.

Mais tout n'est pas perdu. Parce que si quatorze n'a pas de frère de rime, "triomphe" fut aussi autrefois une rime orpheline.

Mais le Verlan l'a sauvé de cette solitude en lui adjoignant maintenant le fameux "à donf".

Désormais, vous pouvez écrire des poèmes avec "triomphe" en bout de vers (ou en bout de ligne ; c'est pareil, le vers est au bout de la ligne). Et vous pourrez être fier de votre triomphe… à donf. Merci le verlan.

L'année va finir ; et je n'aime pas ce qui finit. Même mon tube de dentifrice, je fais tout pour qu'il dure. J'appuie TOUJOURS à partir du bas et je fais remonter avec mes petits doigts le précieux contenu fluoré. Quand ça n'est plus possible, que je n'obtiens plus rien par cette méthode, je re-déroule le tube, le pose sur le lavabo et je le pressure avec le manche de la brosse à dent que j'appuie tout le long du corps du tube, toujours du bas vers le haut.

Quand je n'obtiens plus rien avec cette méthode, je coupe le tube en deux et je vais gratter les parois intérieures avec la tête poilue de la brosse pour récupérer l'inestimable pâte alors que les fabricants avaient pensé que j'abdiquerais avant. Nooon !

Si c'était moi qui m'occupais du temps, les années auraient vite fait de durer 418 ou, allez… 419 jours. On vieillirait moins vite.

Mais plus longtemps ! C’est vrai que le temps est un sculpteur qui se met tous les jours à l’ouvrage. Pourquoi ne veut-on pas être ses œuvres ? PARCE QUE !

Un matin, on passe devant un miroir, on se regarde ; oh ! là ! on voit des gros cernes sous les yeux. On se dit : « Qu’est-ce que c’est que ça !? Allez, hop, hop, hop, une bonne nuit de sommeil là-dessus et je redeviens “normale” » !

Mais c’est qu’au bout d’une semaine, à neuf heures de sommeil par nuit, on s’aperçoit que c’est toujours là ; que c’est devenu un attribut permanent ! Ça ne changera plus ? Si… mais en pire!!! Enfin, "en pire" si on cherche l'éternelle jeunesse !

Sinon, c'est juste le livre de notre vie qui s'écrit. À nous d'en faire une belle histoire. Ce que je vous souhaite, à tous.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.